Lundi 25 Septembre 2017

Faut-il rappeler à Ramid ses responsabilités ?

Ajouté le 7 Fevrier 2012 à 8:29


 

 

 

Anouar Mouloud


   Les Cheikhs de la Salafiya Jihadia, Hassan Kettani, Mohamed Rafiki alias Abou Hafs et Omar Haddouchi, qui purgeaient des peines de prison depuis 2003, ont été graciés samedi par SM le Roi Mohammed VI. Ces prédicateurs qui avaient fait l’éloge des attentats du 16 mai 2003, ont été graciés à l’occasion de l’Aïd Al Mawlid.  Hassan Kettani, avait été condamné à 25 ans de prison. Mohamed Rafiki et Omar Haddouchi avaient écopé respectivement de 20 et 30 ans de prison en 2003.

 

   Ces personnes et d’autres  ont été de fait les idéologues qui ont donné à d’autres  les alibis et arguments pour passer aux actes violents et au terrorisme .Pourtant certains politiques ont choisi depuis le début de les justifier et de les défendre. Ce fut le cas d’un Ramid et de nombreux leaders du Pjd. Aujourd’hui, celui qui est devenu entre temps ministre de la justice grâce au verdict des élections (acte païen selon la même idéologie salafite), jubile pour avoir réussi à susciter la clémence royale envers ces individus.

   La réalité est moins rose, certains de ces salafites ont peut être muri pour réfléchir et adopter les moyens universels de l’action pacifiste dans le champ public et politique ; d’autres au contraire se sont radicalisés encore et l’expriment déjà depuis leur libération samedi dernier.

 

   Il est ainsi de la responsabilité de ceux comme le PJD et certains de ses leaders  en particulier (Ramid en tête) d’assumer ce fait ; en premier ils doivent répondre clairement à la question de savoir s’il est délictueux ou pas de faire des prêches appelant à l’usage de la violence ? Propager la haine envers ceux qui sont différents de nous ? Diffuser les propos et comportements discriminatoires envers les femmes ?...

 

   En second lieu Ramid et ses amis désormais en postes de responsabilité, prétendent être du coté du Maroc tolérant et attaché aux libertés publiques et individuelles, il est donc de leur devoir de venir en aide et de soutenir pas seulement les Haddouchi et consorts, mais surtout aujourd’hui de veiller à la défense de ceux qui risquent d’être ou sont déjà leurs victimes au sein de la société marocaine. C’est là une responsabilité morale urgente, notamment à la lumière de toute cette évolution confuse sur la scène sociale mais aussi à la lumière des déclarations incendiaires de certains de ces nouveaux libérés.








Votre commentaire
* Votre nom
* Titre du commentaire
  * Pays
* Le commentaire
  * Code de vérification



Une usine au Maroc plutôt que des immigrés de plus en France

Près de 400 morts depuis le début de la mission des observateurs arabes

Les femmes d’abord: La volte-face du PPS et de l’Istiqlal

Moi, Mohamed, esclave moderne": une vie de sans-papiers

La presse marocaine sous-représentée en Amérique

Centenaire du DOC: une commémoration sur fond de désaccord?

Journée internationale de lutte contre l’excision: l’Europe, entre amalgames et responsabilités

Faut-il rappeler à Ramid ses responsabilités ?

Y-a-t-il de la vie ailleurs?

Mawazine au cœur de la polémique

Faut-il rappeler à Ramid ses responsabilités ?

La France n'a pas vocation à accueillir ceux qui enfreignent ses valeurs

Amazighité et nature de l’Etat

L’Algérie parmi les pays les plus corrompus

El Houcine Majdoubi, le petit télégraphiste de Moulay Hicham

Daech : le double jeu des Turcs

Sahara marocain : Deux victoires diplomatiques pour le Maroc contre le lobby algéro-séparatiste

SM le roi Mohammed VI récuse un entretien téléphonique avec le président nigérian

Imaginaire sociolinguistique & diversité culturelle face aux défis du modernisme avancé : Quelle approche de l’amazighe au Maroc?

L’Algérie au bord du cataclysme économique





 




France 24 LIVE



Publicité



Publicité


Rechercher sur LA RELEVE


Nos services gratuits

 

»  Livre d'or

 
 

»  site amis

 

S'abonner à la newsletter



S'abonner à la RSS

 

»   RSS des articles

 
 

»  RSS des vidéos

 

Droits de production et de diffusion réservés © Copyright 2017 lareleve.ma