Mercredi 20 Septembre 2017

Le livre « Amazighité au singulier »: Un pavé dans la mare

Ajouté le 2 Fevrier 2012 à 14:46


 

 


Mohamed Boudari


  "Les élites marocaines militantes au sein du mouvement amazighe, politiques (celles partisanes et syndicales) et civiles (les ONG), se retrouvent au début du vingt-et-unième siècle face à un défi majeur: celui du statut de la (les) langue (s) amazighe (s) dans le système politico-linguistique contemporain. Ces élites voient que l’amazighe doit être unifié et  normalisé alors que la réalité et les attentes ‘‘scientifiques’’ et aspirations du développement et de la durabilité sont tout autres."

 


  Voici un passage de l’introduction du premier livre de Driss Ait Lhou, publié à compte d'auteur par l’imprimerie Walili à Marrakech, sous l'intitulé: « Amazighité au singulier ».

 


  L’objectif majeur de ce livre, qui se décline en trois chapitres avec un résumé en langue arabe, « est une tentative de faire éviter au Maroc et aux marocains un autre échec sociopolitique et de leur faire gagner un enjeu sociolinguistique, tous les deux gérés aujourd’hui, à notre avis, au traves d’une démarche non pertinente  et surtout budgétivore.» souligne cet enseignant chercheur à l’université Cadi Ayyad à Marrakech.

 


  L’introduction en dit long sur le contenu de l’ouvrage qui aura, sans doute, des retombées considérables sur les discours construits jusqu'à présent autour de la langue Amazigh. Et qui suscitera surement  des allergies chez beaucoup de nos intellectuels Amazigh, tant il est vrai que l’idée développée par Ait Lhou va à l’encontre de ce que pense la majeure frange du mouvement Amazigh.

 


  D’ailleurs l'auteur ne transige pas et avance l’hypothèse suivante:" l’évangélisation de la standardisation et  de l’unification de l’amazighe explique comment les élites amazighes marocaines reproduisent, de manière consciente ou inconsciente, le discours pan-arabiste dans ses aspects linguistique et idéologique, tout en créant un nouveau discours pan-amazighiste."

 


  Et d’ajouter qu’" Une telle normalisation/standardisation ne peut que passer par l’institution. Or, le temps passe, la langue évolue; les donnes changent de même, et il est donc des questions qu’il faut de plus en plus prendre en considération; en l’occurrence : l’irréversibilité du temps. Ainsi, la dimension temporelle s’avère très importante quant à la durabilité de ladite unification linguistique. Il s’agit plutôt d’un enjeu sociétal".

 


C’est dire que le débat ne fait que commencer.










Les commentaires
  1. MIHAMOU [ APPLAUDISSEMNT ]
    1 | 2 Fevrier 2012 à 21:41 |

    Voilà qu'enfin une personne qui a osé dire à haute voix ce qui se dit dans les coulisses des Imazighens conscient du danger de la standardisation et comme dit Mr BOUDARI le débat ne fait que commencer et nous aimerions avoir une idée sur ce que pense, Un ASSID, UN BOUKOUSS, UN CHAFIK, UNE DEMNATI, ... sur ce récit qui prêche beaucoup de réalités sur notre langue à laquelle nous tenons tant.
    Que la valse commence

Votre commentaire
* Votre nom
* Titre du commentaire
  * Pays
* Le commentaire
  * Code de vérification



LES HAREDIM JUIFS: Une autre facette de l'intégrisme

La 18ème édition du (SIEL): «Le livre support du savoir et pilier du développement»

Manhattan de Woody Allen

Villa des arts de Casablanca : Rencontre avec Rachida Madani et Rachid Khaless

Les pirates à l'assaut de la BD

Rabat-Alger: réconciliation en vue?

Tableau de bord pour une santé de fer: 40 points

Régionalisation : Quatre régions produisent les deux tiers du PIB national

Moi, Mohamed, esclave moderne": une vie de sans-papiers

Les Touareg du MNLA défient l'Etat Malien

Le livre « Amazighité au singulier »: Un pavé dans la mare





 




France 24 LIVE



Publicité



Publicité


Rechercher sur LA RELEVE


Nos services gratuits

 

»  Livre d'or

 
 

»  site amis

 

S'abonner à la newsletter



S'abonner à la RSS

 

»   RSS des articles

 
 

»  RSS des vidéos

 

Droits de production et de diffusion réservés © Copyright 2017 lareleve.ma