Vendredi 21 Juillet 2017

Un harcèlement qui finit par un meurtre

Ajouté le 2 Fevrier 2012 à 12:36


 



Abderrafii Aloumlik

  En cet après-midi du jeudi 26 janvier, Khaled se tient debout dans le box des accusés. Il fixe les trois magistrats de la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca. En fait, il n’y a pas beaucoup de monde dans la salle d’audience, n° 5  une vingtaine de personnes, à tout casser. Trois mis en cause, tous poursuivis pour constitution d’une association de malfaiteurs et vol qualifié, s’assoient au banc des accusés en attendant d’être à leur tour à la barre.

 


  Khaled est le seul suspect présenté ce jour devant la Cour. Bref, il est poursuivi pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner. «Je me défendais, M. le président», se justifie-t-il. En fait, Khaled ignore qu’un meurtre ne se justifie jamais. Le président de la Cour le lui rappelle. «Mais, je regrette de l’avoir tué, M. le président», balbutie-t-il sans fixer cette fois-ci les trois magistrats. Un regret un peu tardif puisque la victime est enterrée il y a déjà six mois, et lui, le voilà qui attend d’être jugé et mis derrière les murailles d’une prison durant des années alors qu’il n’en est encore qu’à son vingt-cinquième printemps.

 


  «Il était mon ami, M. le président, mais il a trompé notre amitié», précise Khaled devant la Cour. Il affirme devant les trois magistrats que le défunt, qui n’avait que vingt-sept ans, a agressé sa sœur sous l’effet de la drogue. Il a même tenté de la violer, selon le mis en cause. La sœur, convoquée pour présenter son témoignage, confirme les dires de son frère. Elle précise que le défunt lui a proposé d’entretenir une relation amoureuse, mais elle a refusé. «Je lui ai reproché d’avoir agressé ma sœur», ajoute Khaled devant la Cour.

 

  Mais la réaction du défunt était violente, selon Khaled qui ajoute que le défunt lui a asséné un coup de poing, suite à quoi Khaled est retourné chez lui pour ramener un couteau. Aussitôt, il a surpris son antagoniste par deux coups au niveau de la poitrine. Le défunt s’est écroulé et a rendu l’âme sur le coup. Un acte qui a coûté dix ans de réclusion criminelle à Khaled après avoir bénéficié des circonstances atténuantes.

 








Votre commentaire
* Votre nom
* Titre du commentaire
  * Pays
* Le commentaire
  * Code de vérification



Démenti

Alphabétisation: Le Maroc a pris un retard considérable

McDonald’s Maroc confirme son engagement social

Harcèlement sexuel: Une salariée décide de lever le bouclier

Un harcèlement qui finit par un meurtre

Centenaire du DOC: une commémoration sur fond de désaccord?

Mansarde, baldaquin ou camembert: ces noms propres qui deviennent communs

Jean Dujardin et The Artist triomphent aux Bafta

Le Canada renforce la surveillance d'Internet

Arrestation à Mohammedia d’une bande de voleurs à l’arraché

Harcèlement sexuel: Une salariée décide de lever le bouclier

Un harcèlement qui finit par un meurtre

France : Le Conseil constitutionnel invalide la loi sur le harcèlement sexuel

France: le harcèlement sexuel rayé du Code pénal, réactions indignées

Harcèlement : manifestation de féministes

Harcèlement sexuel : 1er texte examiné au Sénat

France: le loi sur le harcèlement sexuel

Harcèlement moral à l'école:Une adolescente met fin à ses jours à Casablansa

En armure pour se protéger du harcèlement sexuel à Kaboul

Affaire des filles d'Inezgane: Arrestation de deux jeunes hommes pour harcèlement sexue





 




France 24 LIVE


Les plus lus

France : Du Daft Punk au défilé du 14 juillet

14 Juillet 2017 à 15:30

444 visites

Bank Al Maghrib change de statut

14 Juillet 2017 à 15:48

439 visites

La diplomatie algérienne en flagrante dégénérescence

8 Juillet 2017 à 13:03

408 visites


Publicité



Publicité


Rechercher sur LA RELEVE


Nos services gratuits

 

»  Livre d'or

 
 

»  site amis

 

S'abonner à la newsletter



S'abonner à la RSS

 

»   RSS des articles

 
 

»  RSS des vidéos

 

Droits de production et de diffusion réservés © Copyright 2017 lareleve.ma