Jeudi 17 Août 2017

USFP: cinq candidats pour un fauteuil

Ajouté le 5 Décembre 2012 à 12:04


 

 

 

 

Lareleve.ma

 

  A moins de deux semaines du congrès de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), les 5 candidats en lice pour prendre les commandes du parti devront convaincre militants et responsables locaux.

 

  Le poids non négligeable des principaux acteurs locaux du parti s’annonce, selon les observateurs, comme étant un enjeu de taille dans la perspective de cette échéance. De fait, estime le politologue Mohamed Darif, ce sont les responsables des structures régionales de l’USFP qui joueront le rôle de «joker» en ce sens qu’ils sont en mesure d’orienter le choix des congressistes appelés à renouveler la direction centrale.

 

  En effet, en plus de la campagne proprement dite, d’habitude marquée par des débats au niveau central, puis local, sur la base des plateformes politico-économiques proposées par chacun pour la période à venir, des tractations entre candidats et responsables des structures locales ne manqueront pas de peser dans la course à la direction du Parti.

 

  Fait inédit dans les annales du parti de la Rose depuis sa création au milieu des années 70, cette course à cinq pour la succession d’Abdelwahed Radi implique en effet trois anciens ministres, un chef de groupe parlementaire de la première génération et un militant qui a lui-même qualifié sa candidature d’ "acte de militantisme".

 

  C’est donc cette semaine que le coup d’envoi officiel de la course au premier secrétariat de l’USFP a été donné, à moins de deux semaines du congrès qui élira le futur premier secrétaire du parti. Les cinq candidats en lice, Habib El Malki, Fathallah Oualalou, Driss Lachgar, Ahmed Zaidi et Mohamed Talbi, auront en effet fort à faire dans ce domaine pour conquérir ou décomposer les camps et les alliances qui se forment.

 

  Pour Mohamed Darif, certains responsables locaux auront une influence grandissante sur «la répartition initiale des intentions de vote du fait de leur influence sur le choix des congressistes». Force est de constater que «nombre de leaders régionaux» sont de véritables clés d’accès à la tête du parti, a-t-il dit.

 

  Il faut citer notamment Hassan Darham dans les provinces du sud, Tariq Kabbaj dans la région de Souss, Said Chbaato à Meknès et région, Abdelali Doumo à Marrakech et Mohamed Chtibi à Sefrou.

 

  Dans certaines régions, explique le politologue, «il y a une sorte de répartition des sphères d’influence entre les responsables locaux ce qui peut conduire à un partage des voix dans la région entre plusieurs candidats».

 

  C’est l’aveu même de plusieurs socialistes proches des candidats qui, bien avant le démarrage de cette campagne, ont tenté de convaincre ces grands électeurs, dit-il, précisant que le vrai enjeu ou bien le suspense, en quelque sorte, ne réside pas seulement dans le nom du futur chef du parti, mais bel et bien dans celui des camps et alliances qui domineront la base directrice de l’USFP.

 

  De l’avis du député socialiste, Hassan Tariq, cette nouvelle démarche fondée sur «la logique démocratique» s’impose désormais sur «le jeu du compromis». Pour lui, «le variable du nombre de voix obtenues prévaut sur le nombre des adhérents ou la structure organisationnelle locale ».

 

  Cette nouvelle donne «trouve sa légitimité surtout, selon M. Tariq, dans le sillage du processus de valorisation de la région dans l’édifice institutionnel du parti à travers le renforcement des compétences de la région et l’émergence d’une nouvelle élite au niveau local».

 

  C’est dire que de nouvelles régions comme Meknès et Souss jouent un rôle plus important que celles traditionnelles, comme Rabat ou Tanger, a-t-il dit.

 

  C’est la raison pour laquelle les observateurs espèrent que les candidats sauront trouver les fibres sensibles chez leurs bases au lieu de se livrer au jeu élitiste de négociations d’en haut. Conscients de l’impératif de surmonter cet écueil pour sortir de l’ornière avec le moins de dégâts, les candidats se sont engagés à éviter la guerre des mots qui déchire depuis longtemps la famille socialiste, rassurent des socialistes proches des candidats.








Votre commentaire
* Votre nom
* Titre du commentaire
  * Pays
* Le commentaire
  * Code de vérification



Revue de presse du mercredi 25 Avril 2012

Revue de presse du jeudi 17 Mai 2012

Revue de presse du mardi 12 juin 2012

Revue de presse du mardi 19 juin 2012

Revue de presse du mercredi 04 juillet 2012

Revue de presse du lundi 16 juillet 2012

Revue de presse du mercredi 18 juillet 2012

Revue de presse du jeudi 30 aout 2012

Revue de presse du jeudi 06 septembre 2012

Revue de presse du jeudi 27 septembre 2012

L'évêque Tawadros, nouveau patriarche copte d'Egypte

Revue de presse du mercredi 14 novembre 2012

Revue de presse du mardi 20 novembre 2012

Revue de presse du mercredi 21 novembre 2012

Revue de presse du samedi 24 novembre 2012

Revue de presse du mercredi 28 novembre 2012

USFP: cinq candidats pour un fauteuil

Revue de presse du jeudi 06 décembre 2012

Revue de presse du mardi 11 décembre 2012

Affaire Alioua: l'USFP sollicite l'intervention de Mustapha Ramid





 




France 24 LIVE



Publicité



Publicité


Rechercher sur LA RELEVE


Nos services gratuits

 

»  Livre d'or

 
 

»  site amis

 

S'abonner à la newsletter



S'abonner à la RSS

 

»   RSS des articles

 
 

»  RSS des vidéos

 

Droits de production et de diffusion réservés © Copyright 2017 lareleve.ma