Vendredi 26 Mai 2017

Revue de presse du jeudi 15 novembre 2012

Ajouté le 15 Novembre 2012 à 10:57


 

 

 

  L'essentiel de l'actualité nationale telle qu'elle a été relatée par les quotidiens marocains du jeudi 15 novembre 2012

 

LIBERATION

 

-La liberté de la presse malmenée: Deux journalistes tabassés par les forces de l’ordre à la veille de la journée nationale de l’information. Y a-t-il une avancée dans le domaine de la liberté de la presse sous le gouvernement Benkirane? Les journalistes et photographes qui étaient présents lors du sit-in organisé par le mouvement du 20 février avant hier au centre-ville de Casablanca, savent que non. A deux jours de la célébration de la journée nationale de l’information, les forces de l’ordre ont présenté à leur manière « un cadeau » aux journalistes et photographes en les tabassant et rouant de coups. L’intervention musclée, les insultes et l’intimidation sont devenues « une monnaie courante » chez les forces de l’ordre quand il s’agit des journalistes et des photographes qui sont en train de faire leur travail malgré les multiples condamnations et réclamations répétées de la part du Syndicat national de la presse marocaine.

 

-Abdelouahed Radi s’adressant aux membres du Bureau politique de l’USFP: « Le meilleur cadeau que vous puissiez me faire est d’assurer plein succès au 9ème congrès national de l’USFP ». Lors de la réunion hebdomadaire du bureau politique du parti, tenue mardi, sous la présidence du Premier Secrétaire, Abdelouahed Radi, ce dernier a ajouté que « le meilleur cadeau que vous puissiez me faire sera de dépasser les causes du pessimisme ambiant dû à des facteurs endogènes et exogènes ».

 

AUJOURD’HUI LE MAROC

 

-Impôts sur les revenus, Caisse de compensation, protection du made in Morocco, Fonds de solidarité avec le monde rural: Ce que l’opposition veut amender dans le projet de loi de Finances 2013. Le ministre de l’Economie et des Finances , Nizar Baraka, et son ministre délégué chargé du budget, Idriss Azami Al Idrissi, passeront des moments difficiles avant le vote du Budget 2013. Les deux hommes peinent déjà à convaincre les groupes parlementaires de la majorité, sans parler des partenaires sociaux, notamment la CGEM qui a critiqué certaines dispositions de la Loi de finances. L’opposition a déjà déterminé plusieurs mesures qu’elle tentera de changer à travers ses amendements. Reste à savoir si le gouvernement prendra en considération les propositions de l’opposition. Celle-ci compte sur sa forte position dans la 2ème Chambre parlementaire où elle est majoritaire.

 

-Depuis son élection, le SG de l’Istiqlal multiplie les contacts avec l’opposition: Hamid Chabat reçu par Salaheddine Mezouar. Après avoir été à la rencontre des responsables de l’USFP, d’Adl Wal Ihssane, c’est au tour du RNI de recevoir Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal. En effet, Salaheddine Mezouar, président du RNI, a reçu mardi au siège de son parti Hamid Chabat. Plus qu’une visite de courtoisie, cette visite intervient dans un contexte où les tensions entre les composantes de la majorité se font de plus en plus sentir. Selon Anis Birrou, porte-parole du RNI, cette visite a pour but d’ouvrir des perspectives de collaboration entre le RNI et l’Istiqlal et de transcender les positionnements majorité-opposition afin de s’attaquer aux vrais défis que doit relever le pays.

 

LE SOIR ECHOS

 

-Projet de loi de finances: Nabil Benabdellah pour un juste milieu. Il n’est ni bon ni mauvais. Pour qualifier le projet de loi de finances 2013, le SG du PPS, Nabil Benabdellah préfère jouer la carte de l’objectivité sans pour autant s’empêcher de critiquer « les excès » constatés dans le débat préliminaire autour de ce texte. Et ce reproche, il l’adresse sans aucun équivoque aux composantes de la majorité citant essentiellement le PJD et l’Istiqlal, alors qu’il estime que son parti a fait preuve jusque-là d’un sens de responsabilité. Faisant allusion au débat houleux qu’alimente le PLF auprès des députés au sein de la commission des finances, le SG du PPS reconnaît que la déclaration du gouvernement à l’issue de son conseil de jeudi dernier n’a pas été une bonne idée.

 

L’ECONOMISTE

 

-Marchés publics: l’Etat promet de mieux payer. Les entreprises se plaignent régulièrement des retards de paiement pour les commandes publiques. Des délais qui s’allongent, en partie, à cause de l’absence d’une liste limitative des pièces justificatives à fournir pour l’exécution d’une dépense de l’Etat. Ce qui donne lieu à diverses interprétations, voire l’excès de zèle de la part des contrôleurs financiers et des trésoriers-payeurs. La Direction des établissements publics et de la privatisation relevant du ministère de finances, vient de publier un arrêté censé mettre de l’ordre. Sauf que le texte ne règle le problème qu’à moitié. En effet, il ne s’applique qu’à la validité du paiement et non à l’engagement de la dépense.

 

-Bourse: Le Maroc perd la « cote ». Le Maroc risque une éjection de l’Indice MSCI Emergent Markets (EM). Morgan Stanley Capital International (MSCI), le fournisseur d’indices, a indiqué récemment que le Royaume pourrait être déclassé dans l’indice MSCI Frontier Markets (FM) dans le cadre du réaménagement annuel 2013. Parmi les 21 pays qui composent le MSCI EM, seul le Maroc est menacé d’un déclassement. L’illiquidité des actions marocaines serait le principal motif de rétrogradation. C’est un coup dur en perspective pour le marché marocain, notamment pour Casablanca Finance City. Les indices MSCI sont parmi les plus scrutés par les fonds d’investissement et les gérants de portefeuille. Un déclassement pourrait faire sortir le Maroc du radar de plusieurs investisseurs.

 

LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB

 

-Partis politiques: La Cour des comptes les a à l’œil. Les partis politiques sont désormais dans le collimateur de la Cour de comptes. Leurs finances représentent un sujet que le nouveau président de l’instance de contrôle, Driss Jettou, connait très bien. Du temps où il était ministre de l’Intérieur (2002), il avait fortement brandi la menace de supprimer les aides étatiques aux partis n’ayant pas tenu leurs congrès tous les quatre ans. Après les Caisses de retraite, c’est donc au tour des formations politiques de préparer leurs comptes dans la perspective de les soumettre aux magistrats de la Cour.

 

-Habitat dédié à la classe moyenne: L’Etat fait des concessions. Du nouveau au niveau des discussions actuelles sur le produit dédié à la classe moyenne. Le ministre de l’Habitat, Nabil Benabdellah était clair: « Vu la situation économique actuelle, il n’est pas question d’octroyer des exonérations fiscales aux promoteurs immobiliers, comme celles accordées pour le logement social ». Toutefois, il affirme qu’un amendement devra être introduit pour relever le prix du M2 proposé dans le cadre du PLF 2013, en cours d’examen au Parlement. Le prix arrêté devra être relevé à 6.000 DH/M2, comme demandé par les promoteurs immobiliers. « Le but est de permettre aux opérateurs d’offrir une qualité meilleure que celle proposée pour le logement social », précise le ministre. Autre nouveauté, non des moindres : L’Etat devra faire bénéficier les promoteurs privés et publics ayant signé des conventions pour construire ce type de logement, du foncier public de l’Etat, ce qui devra arranger les opérateurs qui avancent que, faute de terrains à des prix accessibles, la production de logements pour la classe moyenne dans des quartiers à l’intérieur ou proches de la ville relève de l’impossible, vu la cherté du foncier.

 

L’OPINION

 

-Publication de la liste des exploitants des carrières: La poudre aux yeux? Après les agréments de transport, le ministre Aziz Rebbah a rendu publique la liste des exploitants des carrières. Acte de bravoure ou simple opération de marketing politicien? La question taraude en effet les citoyens qui ne parviennent pas à saisir la finalité du simple fait de publier des listes sans accompagner la chose de mesures concrètes de lutte contre la prévarication. D’où l’interrogation récurrente: Et après? Après, rien, semble rétorquer la réalité vécue. On l’a vu avec l’histoire des agréments du transport.

 

-La viabilité du régime de retraites suspendue au scénario à retenir par la réforme: Les pensions civiles menacées et la CMR puisera dans ses réserves courant 2013. Il est vrai que la survie des régimes de retraite est en jeu, seulement, l’équipe Benkirane franchira-t-elle le pas en procédant, dans des délais raisonnables, à l’annonce du scénario qui sera retenu? Procèdera-t-elle à une révision du taux de cotisation ou encore à la révision de l’âge de départ à la retraite? Ou combinera-t-elle les deux? A terme, les retraités marocains disposeront-ils d’une retraite confortable à même de leur permettre de mener une vie digne dans des conditions décentes?.

 

AL MASSAE

 

-Des journalistes tabassés lors d’une violente intervention des forces de l’ordre pour disperser une manifestation organisée par le mouvement du 20 février à Casablanca en solidarité avec les détenus du mouvement. Suite à cette intervention, le Syndicat national de la presse marocaine a rendu public un communiqué dans lequel il a dénoncé ces violences récurrentes à l’égard des journalistes, soulignant que cela constitue une violation flagrante des dispositions constitutionnelles et juridiques en vigueur.

 

-Dix-huit magistrats déférés devant le Conseil supérieur de la magistrature à cause de plaintes déposées à leur encontre, selon un rapport élaboré par le ministère de la justice, qui a précisé que 87 autres dossiers ont été classés pour absence de preuves, alors que 11 autres sont en cours d’instruction.

 

-Mohamed Khalidi, SG du parti de la Renaissance et de la Vertu (PRV), indique que les détenus salafistes sont dans un état désespéré, ajoutant que l’Etat n’a aucun rapport avec la démarche du parti en vue de régler ce dossier. Il a indiqué que ses rencontres avec des détenus de la salafiya est intervenue suite aux nombreux appels et lettres émanant des prisonniers et de leurs familles.

 

-Yahya Zniber, SG du ministère de l’Energie et des Mines, déclare que le Maroc abritera la première partie du projet de production solaire « Desertec » malgré la position de l’Espagne qui a refusé de signer le mémorandum d’entente relatif à ce projet, dont la réalisation nécessitera près de 600 millions d’euros.

 

-Des secrétaires généraux de plusieurs ministères menacent de démissionner à cause de la loi sur la nomination aux hautes fonctions et l’adoption du décret d’application y afférent, selon des sources informées, surtout que certains ministres désirent placer leurs proches ou de nouvelles figures à ces postes.

 

-Election pour le poste de Premier secrétaire de l’USFP: Ahmed Zaïdi entame sa campagne électorale par la présentation de son programme pour la reconstruction du parti et considère que la réussite de son projet exige la réconciliation avec les citoyens et les bases populaires à travers une auto critique de la pratique politique.

 

AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA

 

-Une première!: le ministre de l’Habitat, Nabil Benabdellah et SG du PPS, demande l’introduction d’amendements sur le PLF 2013 au profit des promoteurs immobiliers au détriment des intérêts de la classe moyenne. Le ministre a ainsi plaidé, hier, devant les membres de la commission de l’Intérieur pour la hausse du prix du M2 de 5000 à 6000 DH pour la construction de logements sociaux.

 

-Le ministre de la Justice, Mustapha Ramid promet de renvoyer devant la justice 20 dossiers de corruption avant fin 2012. Lors d’une réunion de la commission de la justice tenue hier et consacrée à l’examen du budget de son département, Ramid a révélé que son ministère a déféré cinq dossiers devant la justice émanant de la Cour des comptes, ajoutant que 15 autres dossiers seront renvoyés ultérieurement devant les tribunaux.

 

-Mohand Laenser, SG du MP, fait allusion à la possibilité de « faire sortir » les islamistes du gouvernement. Dans un entretien au journal londonien « Al Hayat », Laenser a indiqué que les partis représentés au parlement peuvent former une majorité gouvernementale sans le PJD, même si ce sont les électeurs qui leur ont permis d’accéder au pouvoir.

 

-Le projet de réforme des régimes de retraites atterrit au bureau du Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane. La nouvelle note adressée dans ce sens à M. Benkirane par la Commission technique propose la mise en place de deux pôles: l’un qui sera dédié aux fonctionnaires du public et du semi-public et l’autre destiné aux salariés du secteur privé et aux indépendants.

 

ASSABAH

 

-Démantèlement, mardi, par la police judiciaire de Marrakech en coordination avec l’ANRT et les opérateurs de télécommunications d’un réseau criminel spécialisé dans la piraterie internationale des communications téléphoniques. Les éléments de la police ont également saisi du matériel électronique très sophistiqué utilisé dans les opérations de piraterie, utilisé par ce réseau dirigé par un Espagnol et deux Marocains, alors que deux autres membres du réseau font l’objet d’un mandat de recherche au niveau national.

 

-Arrestation d’une femme médecin à Rabat sous la supervision du représentant du Parquet général à la suite d’une plainte d’une citoyenne qui l’accuse d’être responsable de la détérioration de son état de santé après avoir subi une opération d’avortement, et une source informée indique que la police a saisi chez la mise en cause 106 déclarations sur l’honneur signées avant les opérations d’avortement.

 

-Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal, rencontre Salaheddine Mezouar, président du RNI et adversaire politique du PJD: Des sources qui ont assisté à cette réunion ont indiqué que les deux responsables ont passé en revue la situation politique nationale et des dossiers socio-économiques et convenu d’intensifier la coordination entre leurs partis.

 

-Les professeurs enseignants de la médecine tirent à boulets rouges sur El Houssein El Ouardi, ministre de la Santé: Ahmed Belhouss, membre du bureau local du syndicat national de l’Enseignement supérieur à la faculté de médecine et de pharmacie à Casablanca indique que la décision d’interdire aux médecins du public d’exercer dans le privé est intervenue au moment où un dialogue a été engagé entre les ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur, ajoutant que le ministre de tutelle a « poignardé dans le dos » le corps enseignant en poussant le gouvernement à adopter cette décision.

 

-Ahmed Zaïdi, l’un des candidats en lice pour le poste de premier secrétaire de l’USFP indique que l’opportunisme et la guerre des positions ont fait perdre au parti son rayonnement d’antan. Il a fait cette déclaration en marge de la présentation de son programme intitulé « initiative pour la reconstruction de l’USFP », dans lequel il explique les raisons qui l’ont poussé à présenter sa candidature, analyse la crise que vit le parti de la rose ainsi que sa vision pour le renouvellement de ses élites.

 

AL AHDATH AL MAGHRIBIA

 

-Les groupes de la majorité convoquent d’urgence une réunion avec le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane pour apaiser les tensions avec l’Exécutif. Ainsi, suite à l’appel à un débat entre Benkirane et le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat, les présidents des groupes de la majorité au Parlement ont, par crainte de voir les choses s’envenimer, appelé à une réunion d’urgence avec le Chef de l’Exécutif pour apaiser les tensions et venir à bout de ces divisions.

 

-Alors que le ministre de la Justice, Mustapha Ramid était en train de critiquer la carte judiciaire et le rendement des tribunaux lors d’une réunion de la commission de la justice à la Chambre des Représentants: Les greffiers observaient un sit-in ouvert avec une grève de la faim dans l’enceinte du ministère, et le Syndicat démocratique de la justice appelle à une grève nationale de 24heures, vendredi prochain, dans les différents tribunaux du Royaume.

 

ANNAHAR AL MAGHRIBIA

 

-La majorité met le gouvernement dans l’embarras et l’Istiqlal insiste sur la présentation des excuses: La réunion urgente tenue lundi dernier par la majorité a critiqué la position du gouvernement à l’égard des interventions de certains députés de la coalition gouvernementale opposées au projet de loi de Finances, allusion faite au groupe istiqlalien à la Chambre des représentants qui a réclamé la présentation officielle d’excuses de la part de l’Exécutif qui a publié un communiqué dans lequel il s’en prend aux députés de la majorité pour avoir critiqué le projet de budget. Dans ce sens, la coalition a qualifié de « déplacés » les propos de l’Exécutif, qui portent profondément atteinte à la Charte de la majorité, appelant à une rencontre d’urgence avec le Chef du gouvernement.

 

-Réunion mardi du ministre de l’Economie et des Finances, Nizar Baraka avec des membres de la CGEM. Des sources concordantes ont indiqué que la réunion a été consacrée à l’examen des doléances du Patronat et de ses remarques concernant le projet de loi de Finances, ajoutant qu’elle intervient aussi pour apaiser les tensions particulièrement suite aux déclarations du ministre délégué chargé du Budget, Idriss El Azami dans lesquelles il a critiqué la présidente de la CGEM.

 

-Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane voit d’un mauvais oeil la rencontre de Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal avec Salaheddine Mezouar, président du RNI. Des sources concordantes ont indiqué que les entretiens entre les dirigeants des deux partis ont porté sur la situation actuelle au sein du gouvernement, la conjoncture économique délicate que traverse le Maroc alors que des observateurs n’excluent pas l’implosion de la majorité actuelle, vu que cette rencontre a eu lieu au moment où se poursuit le bras de fer entre l’Istiqlal et le PJD.

 

-Des membres du bureau national du syndicat démocratique de la Justice observent un sit-in ouvert à l’intérieur du ministère depuis mercredi matin et accusent le ministère de tutelle de violation des libertés, d’intimidation et de répression des manifestations.

 

AL KHABAR

 

-Le conflit entre la majorité et l’opposition suspend les travaux d’une sous-commission chargée de l’amendement du règlement intérieur de la Chambre des représentants: Une source informée indique que la sous-commission a été mise en veille depuis une semaine après avoir remis un rapport au président de la première chambre Karim Ghellab, l’appelant à intervenir après que ses membres n’aient pas réussi à trouver une solution au conflit sur la représentativité proportionnelle au sein des commissions, et ce après que les groupes d’opposition aient insisté sur la nécessité de consacrer le principe de parité alors que les groupes de la majorité ont opté pour le maintien de la plus grande représentativité au sein des commissions.

 

-Le bureau national du syndicat démocratique de la justice observe, depuis mercredi, un sit-in ouvert et une grève de la faim devant le ministère de la Justice et des Libertés en guise de protestation contre les interventions violentes des forces de l’ordre pour la dispersion des manifestations des greffiers dans plusieurs villes. Le bureau syndical a également décidé d’observer une grève nationale dans tous les tribunaux du Royaume le 23 novembre pour réclamer la satisfaction de ses revendications.

 

-La FDT met en doute la capacité du gouvernement Benkirane à lutter contre la corruption et l’économie de rente et critique la méthodologie prônée par le gouvernement pour le traitement des doléances de plusieurs catégories sociales lors des sit-in, manifestations et grèves observés à ce sujet.

 

-Mohamed El Yazghi, ancien dirigeant de l’USFP, suscite l’ire des ittihadis à cause de son soutien déclaré à Ahmed Zaïdi, l’un des candidats en lice pour le poste de premier secrétaire du parti, à la suite de la visite d’El Yazghi en compagnie de Zaïdi à Guelmim considérée comme une campagne électorale au profit de Zaïdi.

 

-L’UNTM, proche du PJD, tire à boulets rouges sur Mohand Laenser et annonce qu’elle fera face à l’approche du ministère de l’Intérieur visant à soumettre les syndicats à sa volonté, endossant au ministère la pleine responsabilité quant à la détérioration de la situation dans les collectivités territoriales.

 

ATTAJDID

 

-Le gouvernement réduit de 50 pc les dépenses de la gestion et le ministre de l’Economie et des Finances, Nizar Baraka, indique, dans son intervention à la séance des questions orales à la Chambre des représentants, que le coût d’acquisition des voitures de l’Etat a passé de 709 MDH en 2010 à 278 MDH en 2012, ajoutant que les dépenses relatives aux prises en charge, aux réceptions et à l’organisation de cérémonies ont baissé de 50 pc.

 

RISSALAT AL OUMMA

 

-Après la décision de l’Association des banques espagnoles de suspendre les expulsions de propriétaires accumulant des impayés: Les immigrés marocains poussent un ouf de soulagement et aspirent à une issue économique pour sauver leurs domiciles.

 

-Violente intervention des forces de l’ordre à Casablanca contre des journalistes et des photographes qui couvraient un sit-in du mouvement du 20 février à la veille de la célébration de la journée nationale de l’information. Suite à cette intervention, le SNPM a appelé l’ensemble des journalistes, des acteurs des droits de l’Homme et des militants pour la liberté de la presse à observer ce jeudi à 17H00 un sit-in devant le ministère de la Justice et des libertés pour réclamer l’ouverture d’une enquête au sujet de ces violences et la traduction de leurs auteurs devant la justice.

 

-Prochainement..les hôpitaux publics sans médecins ni infirmiers!: Des lettres de démission des médecins du secteur public affluent sur le bureau du ministre de la santé, El Houssein El Ouardi. Selon plusieurs sources médicales, le cercle des démissions des praticiens du public commence à s’étendre comme une tache d’huile, précisant que des dizaines de lettres de démission de médecins dans divers spécialités commencent à atterrir sur les bureaux des délégations du ministère dans les différentes régions du Royaume.

 

ASSAHRAE AL MAGHRIBIA

 

-Driss Jettou promet la soumission de tous les établissements publics au contrôle de la Cour des comptes, rejetant catégoriquement toute sélectivité dans l’action menée par cette institution. Il a par ailleurs souligné devant les membres de la Commission de la justice et de la législation à la Chambre des représentants, qu’aucun établissement public n’est à l’abri du contrôle des magistrats de la Cour.

 

AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI

 

-Lors d’une réunion du bureau politique de l’USFP: Le Premier Secrétaire sortant, Abdelouahed Radi déclare que « le meilleur cadeau que vous puissiez me faire est d’assurer plein succès au 9ème congrès national de l’USFP et de dépasser les causes du pessimisme ambiant ».

 

-Grève dans les tribunaux du Royaume le 23 novembre prochain et les confrères d’Abdessadek Saaidi, SG du Syndicat national de la Justice, observent depuis hier mercredi une grève de la faim et un sit-in ouvert à l’intérieur du ministère de la Justice en guise de protestation contre les attaques qui visent le Syndicat.

 

AL ALAM

 

-Le président de la Cour des comptes, Driss Jettou, promet de n’épargner du contrôle aucun établissement ou administration publique, ajoutant dans sa réponse aux interventions des députés lors de l’examen en commission du budget de la Cour, qu’il n’y aura aucune « sélectivité » dans l’action de la Cour et qu’il veillera en personne à la concrétisation de ces déclarations.

 

-Situation dramatique des Marocains établis en Espagne: Des sources indiquent que la justice espagnole a ordonné ces derniers mois la saisie de 12.000 maisons appartenant à des Marocains, ajoutant que 170.000 Marocains ont perdu leur emploi en Espagne et 50.000 autres qui y résidaient de manière légale ont regagné le Royaume pour s’y installer.

 

AL MOUNAATAF

 

-En prévision de la hausse des tarifications de l’électricité: Des acteurs associatifs et syndicaux condamnent la décision et menacent de hausser le ton contre cette mesure qui, selon eux, constitue un nouveau coup dur porté au pouvoir d’achat du citoyen sous l’ère du gouvernement Benkirane.

 

-En guise de protestation contre la campagne de restriction à l’action et aux libertés syndicales dans le secteur de la justice: Le Syndicat démocratique de la justice (FDT) décide d’observer un sit-in ouvert avec une grève de la faim dans l’enceinte du ministère depuis hier mercredi, ainsi qu’une grève nationale de 24 heures dans les différents tribunaux du Royaume le vendredi 23 novembre








Votre commentaire
* Votre nom
* Titre du commentaire
  * Pays
* Le commentaire
  * Code de vérification



L'aspirine préventive à petites doses fait plus de mal que de bien

Saisie d’une revue française: Cachez-moi ce sein !

Le cancer hérité de la prostate: Découverte du premier gène mutant clé

La chasse aux exoplanètes : l’espoir de découvrir des éventuelles “sœur de la Terre” dans la Voie Lactée

Moncef Marzouki se rendra prochainement au Maroc

L’édition Caftan 2012 prévue le 12 mai prochain

Paludisme : l’artémisinine, fait renaitre l’espoir

Magistrature: Approche réformatrice et esprit constitutionnel

Le dernier numéro du magazine Gazelle interdit au Maroc

Diabète: un mauvais sommeil augmente le risque

Marathon international de Marrakech : Des nouveautés pour la 23ème édition

Nawal El Moutawakil peut prétendre à la présidence de l’IAAF, selon son actuel président

Démenti

Des robots geôliers en Corée du Sud

Tunisie: colère et inquiétude des journalistes après les nouvelles nominations dans les médias publics

Les fausses notes de la déclaration du gouvernement Benkirane

Pourquoi Cristiano Ronaldo va briller dans le classico

Affaire des terres collectives devant la justice à Kenitra

L’affaire Haddad-Akhbar Al Yaoum: plus qu’un couac, un crash

McDonald’s Maroc confirme son engagement social





 




France 24 LIVE



Publicité



Publicité


Rechercher sur LA RELEVE


Nos services gratuits

 

»  Livre d'or

 
 

»  site amis

 

S'abonner à la newsletter



S'abonner à la RSS

 

»   RSS des articles

 
 

»  RSS des vidéos

 

Droits de production et de diffusion réservés © Copyright 2017 lareleve.ma