Mardi 22 Août 2017

Familles recomposées: le principal écueil reste les enfants

Ajouté le 30 Janvier 2012 à 13:50


 

 


Jaouad Mdidech


  Des milliers de Marocains refont leur vie après un premier mariage, par peur de vieillir seul, ou par peur du regard inquisiteur de la société. Les hommes sont plus favorisés que les femmes pour refonder une famille.

 

  Refaire sa vie, refonder une nouvelle famille après un premier mariage ? Dur, difficile à vivre mais pas rare. On se remarie «par peur de la solitude, peur de vieillir seul, par besoin d’avoir une sexualité stable, ou tout simplement sur un coup de foudre», explique Amal Chabach, sexologue et psychothérapeute du couple. Mais il y a aussi, ajoute-t-elle, «la peur du regard négatif de la société, le désir de reconstruire une famille et d’avoir des enfants, ou encore par besoin d’améliorer ses entrées financières».

 

  Soufiane D., 58 ans, a quitté sa première femme pour incompatibilité d’humeur. De cette première union avec Nadia est née une fille, Salma, que lui ne désirait pas. C’est d’ailleurs cette naissance qui a précipité la rupture. Nadia n’a pas digéré que ce dernier la quitte alors qu’elle était encore en couches. Moins d’une année après leur séparation, chacun a refait sa vie, recomposé une nouvelle famille, mais les rancunes sont toujours vivaces. Soufiane a rencontré Fatima, une jolie femme, indépendante financièrement, et plus jeune que lui de dix ans. Seul hic, elle avait déjà un enfant, Nouha, 6 ans, née d’un premier mariage. Le nouveau mari accepte sa belle-fille sans trop de conditions, du moins en apparence. Deux ans après, cette famille recomposée s’agrandit avec la naissance d’un garçon. «Je voulais absolument réussir mon second mariage, après avoir été très déçue par le premier époux. Mais j’avais peur que mon nouveau mari n’accepte pas ma fille. Heureusement, il n’y a pas eu de problème. Mais au fil du temps, leurs relations s’étaient bien détériorées. J’avoue que Nouha ne s’est jamais remise de mon divorce, elle est capricieuse et très complexée, et son beau-père ne l’a pas aidée non plus à s’en sortir pour s’épanouir. Toute son attention et son amour se sont portés sur son fils, né de notre mariage», raconte, dépitée, Fatima. Quinze ans après, cette famille recomposée, malgré les soubresauts inhérents à toute vie de couple, tient toujours le coup. Néanmoins, il faut souligner que le beau-père, à force de vouloir exercer trop d’autorité sur la fille, a fini par rendre les relations de plus en plus compliquées. Cette dernière, déjà traumatisée par la séparation de ses parents, accepte mal l’autorité excessive d’un père qui n’est pas le sien. «Elle cherchait l’amour auprès d’un nouveau père qui ne répondait pas», se désole Fatima.

 

  De fait, les familles recomposées étant fondées sur la séparation du couple, cette séparation a inévitablement un impact sur la vie du nouveau foyer, et sur les enfants nés du premier mariage.

 

   Le comportement du nouveau parent est déterminant. Le plus compliqué, confirme Amal Chabach, «est le positionnement du nouveau parent dans la nouvelle famille recomposée, c’est-à-dire, le beau-père ou la belle-mère.Un travail relationnel est à mettre en place pour ne pas créer des tensions inutiles avec les enfants du partenaire ou avec le partenaire lui-même à cause de son ex-partenaire, par exemple…». C’est dire que l’enfant d’un parent divorcé qui fonde une nouvelle famille, «reste toujours marqué par la première expérience familiale de ce parent», corrobore Bouchaïb Karoumi, pédopsychiatre. «Son équilibre et son salut dépendent largement de la personnalité de ce parent. Ça dépend aussi de l’âge de l’enfant. S’il est encore en bas âge, ça ira mieux, si c’est un adolescent, c’est plus difficile. Ce dernier acceptera difficilement le beau-parent. Une bonne préparation psychologique de l’enfant avant de se lancer dans un nouveau mariage est nécessaire», conclut-il.

 

  La femme a de plein droit la garde de l’enfant jusqu’à ses 15 ans, selon le code de la famille

 

  Que devient Nadia, la première épouse de Soufiane? Elle aussi s’est remariée avec un homme, divorcé, de son âge. Salma, sa petite fille d’un an, vit avec elle et son nouveau conjoint. Rappelons que la femme divorcée a, de plein droit, la garde de l’enfant, du moins jusqu’à l’âge de 15 ans, selon le nouveau Code de la famille.

 

  Cette deuxième famille recomposée a eu une seconde fille, et le couple poursuit son bonhomme de chemin, tant bien que mal. La petite Salma a une relation plutôt affectueuse avec son beau-père, elle a bien évolué, mais elle a traîné comme un boulet les effets délétères des rancunes accumulées depuis le divorce de ses parents biologiques. Ces derniers ont refait leur vie, chacun de son côté, mais la petite est restée l’otage de cette relation conflictuelle. La mère, n’ayant jamais accepté que son ex-époux la quitte alors qu’elle venait d’accoucher, lui tiendra la dragée haute, utilisant leur fille comme instrument de vengeance, en lui refusant, malgré la loi, le droit de visite. Ce qui est très dur pour le père, et c’est aussi la pire punition infligée à un enfant.

 

  Le problème qui se pose pour une famille recomposée est justement celui des enfants nés d’un premier mariage, et de savoir comment rebâtir une famille avec des beaux-enfants. Mais ce n’est pas le seul. Il reste tout de même deux autres questions tout aussi importantes : comment garder de bonnes relations avec les anciens conjoints, «pour le bien des petits» ? Et ces personnes qui ont divorcé et refondé un nouveau foyer sont-elles vraiment heureuses avec leurs nouveaux partenaires ?
Autre témoignage d’une famille recomposée qui a réussi l’essentiel : le bonheur et la stabilité. Mais il faut dire qu’elle avait un atout car les enfants nés du premier mariage étaient bien assez grands avant la séparation des parents et la recomposition de la nouvelle famille.

 

  Abdeslam A. se remarie après 20 ans d’union avec son ex-épouse. De cette union sont nés trois beaux-enfants, une fille et deux garçons. «Les scènes de ménage se multipliaient à mesure que les années passaient. Notre séparation a eu lieu en mars 1996, j’avais alors 45 ans, et elle 42. Notre fille et notre garçon étaient déjà partis à l’étranger pour leurs études». Le benjamin, 16 ans, est allé vivre avec son père et sa nouvelle épouse, à Berrechid, où il a ouvert un commerce. La nouvelle épouse, plus jeune qu’Abdeslam de 20 ans, a adopté le garçon comme si c’était son propre fils. Le couple aura trois autres enfants. C’est elle qui tenait à en avoir. «J’avoue, avec le recul, que je suis un homme comblé dans ma famille recomposée. Mon ex est partie en Europe rejoindre notre fille aînée, elle aussi s’est remariée avec un Européen. Et la vie continue», lâche, sans regrets, Abdeslam, sexagénaire. Ses relations avec son ex-femme, et avec ses enfants du premier mariage, sont restées respectueuses. C’est surtout le benjamin qui a accusé le coup au début, le divorce de ses parents et le remariage de son père l’ont déstabilisé quelque temps, mais sans plus. Sa belle-mère, le temps qu’il parte aussi faire sa vie, a été pour lui une grande consolatrice. C’est dire que la réussite et le bonheur d’une famille recomposée dépendent de plusieurs paramètres, dont l’attitude des conjoints de la famille recomposée à l’égard des enfants du premier mariage.

 

  En France, 1,2 million d’enfants de moins de 18 ans vivent dans une famille recomposée

 

  Cela dit, si l’on connaît plus ou moins les raisons des divorces (selon une enquête menée par le ministère de la justice au début des années 2000, on a évoqué le problème du logement, le refus du mari d’entretenir l’épouse et les enfants, l’intervention de la famille dans la vie du couple, les mauvais traitements, l’infidélité, la maladie, la stérilité et l’abus d’alcool), l’on connaît peu de choses sur les familles recomposées, et sur le nombre d’enfants vivant dans ces familles, en l’absence d’une enquête sur le sujet. En France, où la famille recomposée est devenue une norme, vu l’accélération des divorces et des séparations, le nombre d’enfants parfois mineurs vivant dans une famille recomposée atteint 1,2 million, soit 9% de la tranche d’âge, selon une étude de l’INSEE, réalisée en 2006.

 

  Au Maroc une chose est sûre : les hommes sont plus favorisés que les femmes pour refonder une famille après un divorce ou un décès et la société ne les blâme pas outre mesure. Une femme divorcée, avec un ou deux enfants sur les bras, a encore moins de chance de trouver un nouveau conjoint. La société marocaine (à travers les familles), affirme Amal Chabach, «préfère les remariages après un divorce, mais elle juge négativement une femme qui se remarie alors qu’elle a encore des enfants en bas âge et encourage l’homme à se remarier pour qu’il trouve une autre partenaire qui s’occupe de lui et de ses enfants éventuellement». Quand la femme est encore jeune, belle et indépendante financièrement, à la limite les convoitises masculines ne manqueront pas, même si elle est déjà mère avec enfant(s) à sa charge.








Votre commentaire
* Votre nom
* Titre du commentaire
  * Pays
* Le commentaire
  * Code de vérification



Le calvaire des MDM escroqués

Un sexologue marocain propose le "speed dating" pour résoudre les problèmes du célibat

Promesse aveugle…

LES HAREDIM JUIFS: Une autre facette de l'intégrisme

TERRORISME

Un jeune se donne la mort par pendaison à casa

Les Coptes pris entre le sabre et le croissant

Une affaire de famille : Abbas Fassi attaqué de toutes parts

Mort d'un journaliste français en Syrie, Paris veut une enquête

Les Amazighes de Kabylie célèbrent le nouvel an amazigh YENNAYER

Familles recomposées: le principal écueil reste les enfants





 




France 24 LIVE



Publicité



Publicité


Rechercher sur LA RELEVE


Nos services gratuits

 

»  Livre d'or

 
 

»  site amis

 

S'abonner à la newsletter



S'abonner à la RSS

 

»   RSS des articles

 
 

»  RSS des vidéos

 

Droits de production et de diffusion réservés © Copyright 2017 lareleve.ma