Mercredi 24 Mai 2017

Sénégal: vague de violences dans plusieurs villes

Ajouté le 28 Janvier 2012 à 11:40


 

 


AFP

  La validation de la candidature du président sénégalais Abdoulaye Wade pour l'élection présidentielle de février a provoqué une vague de violences dans plusieurs villes. L'opposition appelle à marcher sur la présidence.

 

  Le feu vert du Conseil constitutionnel sénégalais à la candidature du chef de l'État Abdoulaye Wade à la présidentielle de février a provoqué dans la nuit des remous dans plusieurs villes du pays. Dès l'annonce, intervenue tard vendredi, des jeunes rassemblés depuis des heures à l'appel de l'opposition Place de l'Obélisque, à Dakar, ont jeté des pierres sur les forces de l'ordre, qui ont riposté à coups de gaz lacrymogène et de matraque.

 

  Les heurts se sont poursuivis tard dans la nuit. Selon les images diffusées par les chaînes de télévision, des jeunes ont érigé des barricades, brûlant des pneus et des planches sur plusieurs artères. Au moins un policier a été tué lors de ces affrontements, qui ont cessé dans la matinée samedi. Des manifestations de colère ont aussi éclaté dans les provinces, d'après les médias locaux, notamment à Thiès, et à Kaolack dans le centre, à Matam et Ourossogui, au nord.

 

«Marcher sur le palais présidentiel»

  La nouvelle candidature du président Wade, 85 ans, est jugée anticonstitutionnelle par une coalition de partis politiques d'opposition et d'organisations de la société civile, réunis dans le Mouvement du 23 juin (M23). Élu en 2000, réélu en 2007 pour cinq ans après une révision constitutionnelle en 2001 instituant un quinquennat renouvelable une fois, le président sénégalais se représente pour sept ans après le rétablissement du septennat en 2008, à la suite d'une nouvelle révision constitutionnelle.

 

  Pour ses opposants, dont l'opposition se radicalise, le troisième mandat de Wade serait illégal. Samedi, un des responsables du M23, Abdoul Aziz Diop, a exhorté les Sénégalais «à se joindre au Mouvement pour organiser la reprise du territoire occupé par Abdoulaye Wade et ses sbires», et à «marcher sur le palais» présidentiel pour l'en «déloger». Vendredi, un rassemblement de milliers d'opposants à Dakar, à l'appel du M23, s'était déroulé sans incidents.
La candidature de Youssou Ndour refusée

 

  Vendredi soir, le président sénégalais a demandé à ses opposants d'arrêter «les manifestations d'humeur qui ne conduisent à rien», les accusant de contester la validité de sa candidature «sur des bases légères». Il avait assuré la veille, au risque d'exacerber les tensions, qu'il pouvait «légalement» se présenter non seulement en 2012, mais également en 2019. Pour ses partisans, le comptage de ses mandats doit au contraire se faire à partir de la première révision constitutionnelle de 2001 instituant le quinquennat et qu'il s'agit donc d'un second mandat conforme à la Constitution.

 

  Outre celle d'Abdoulaye Wade, le Conseil a validé treize autres candidatures sur dix-sept présentées, dont celles de trois de ses ex-premiers ministres devenus opposants, Idrissa Seck, Macky Sall et Moustapha Niasse, et du dirigeant du Parti socialiste, Ousmane Tanor Dieng. Le Conseil a en revanche refusé de valider la candidature de Youssou Ndour en constatant qu'il «a produit une liste de 12.936 électeurs appuyant sa candidature, dont seulement 8911 ont pu être identifiés et leurs signatures validées», alors qu'il en faut 10.000 au minimum. Le chanteur sénégalais a dénoncé un «coup de force» du président Wade. «Je suis candidat et je le reste», a-t-il ajouté, précisant qu'il avait «48 heures pour un recours» contre la décision du Conseil.

 

  Le premier tour de l'élection présidentielle sénégalaise est fixé le 26 février.








Votre commentaire
* Votre nom
* Titre du commentaire
  * Pays
* Le commentaire
  * Code de vérification



CAN: la Guinée équatoriale en quart, le Sénégal éliminé

Sénégal: vague de violences dans plusieurs villes

Présidentielles au Sénégal : On se dirige vers un second tour

Le roi Mohammed VI félicite le nouveau président du Sénégal

Sénégal: le chanteur Youssou Ndour ministre de la culture

Mali : l’ex-président ATT réfugié au Sénégal

Gerets: Maroc-Sénégal « véritable test » pour les lions de l’Atlas

Maroc-Sénégal (0-1): les Lions de l’Atlas ont manqué de «cohésion» selon Gerets

Visites officielles de SM le roi Mohammed VI au Sénégal, en Côte d'Ivoire et au Gabon

Départ de SM le Roi pour le Sénégal

Sénégal: vague de violences dans plusieurs villes





 




France 24 LIVE



Publicité



Publicité


Rechercher sur LA RELEVE


Nos services gratuits

 

»  Livre d'or

 
 

»  site amis

 

S'abonner à la newsletter



S'abonner à la RSS

 

»   RSS des articles

 
 

»  RSS des vidéos

 

Droits de production et de diffusion réservés © Copyright 2017 lareleve.ma