Vendredi 23 Juin 2017

TERRORISME

Ajouté le 6 Janvier 2012 à 15:30


 

 



AFP

  L'une des deux victimes avait été exécutée tandis que l'autre était morte carbonisé dans l'incendie d'une voiture...



  L'un des deux Français enlevés en janvier 2011 au Niger par des membres d'Aqmi a été exécuté par un ravisseur et l'autre est mort carbonisé dans l'incendie du 4x4 dans lequel il était prisonnier, affirme un membre d'Aqmi interrogé par un juge anti-terroriste français.



  Dans son édition datée de vendredi, le quotidien français Libération cite le témoignage, recueilli le 30 novembre dans une prison à Nouakchott, d'un membre d'Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi). Celui-ci n'a pas participé à l'enlèvement d'Antoine de Léocour et Vincent Delory mais en a entendu le récit fait quelques heures plus tard par des membres du commando jihadiste qui ont survécu à l'attaque des forces spéciales françaises qui tentaient de libérer les deux jeunes Français.



  Il assure aussi que Vincent Delory a péri brûlé dans le 4x4 .



  Mohamed al-Amine ould Mohamedou ould M'Balle, alias Mouawiya, 22 ans, a été interrogé dans la capitale  mauritanienne, où il est détenu depuis février 2011 suite à une tentative d'attaque contre l'ambassade de France, par le juge anti-terroriste français Yves Jannier.



  Selon Mouawiya, des ravisseurs ont raconté, une fois rentré au sein de la katiba (unité de jihadistes), que l'un d'entre eux, surnommé Fayçal al-Jazaïri, avait abattu Antoine de Léocour de plusieurs balles de kalachnikov parce qu'il le retardait dans sa fuite à pieds dans le désert, juste après l'attaque par les commandos français. Il assure aussi que Vincent Delory a péri brûlé dans le 4x4, qui transportait de l'essence, à la suite des tirs qui l'ont touché. Les membres du commando de ravisseurs ont assuré après l'opération n'avoir pas exécuté ce deuxième otage.



  Libération s'est également procuré le PV de l'audition en tant que témoin, le 16 décembre, du commandant du Commandement des opérations spéciales (COS), le général Frédéric Beth. Celui-ci livre peu de détails et surtout n'apporte pas d'élément nouveau sur le point le plus sensible: comment a pris feu le 4x4. La famille de Vincent Delory accuse les forces françaises d'avoir ouvert le feu sur le véhicule dans lequel il se trouvait, provoquant sa mort.



  Le film de l'opération, tourné depuis un avion, a été amputé d'une minute: celle au cours de laquelle le 4x4 prend feu. Selon le ministre français de la Défense, qui le précise dans une lettre au juge datée du 9 décembre, cette coupe a pour but de «ne pas révéler (...) certains détails opérationnels». Devant le juge, le général Beth a assuré être «dans l'incapacité d'apporter des précisions sur l'embrasement» du véhicule.












 









Votre commentaire
* Votre nom
* Titre du commentaire
  * Pays
* Le commentaire
  * Code de vérification



Nouvel attentat suicide à Damas: au moins 25 morts

TERRORISME

Les islamistes cueillent les fruits du Printemps arabe

Comment faire pour mieux protéger son ordinateur

SYRIE-QATAR-POLITIQUE-VIOLENCES-ARMES

USA: l’Internet au cœur des débats

ALGÉRIE-LIBYE : Le préfet d'Illizi libéré

Baltasar Garzon en difficulté

El Othmani en Algérie : de l’Uma à l’Oumma

Nigeria : Au moins 28 morts dans un attentat terroriste

LES HAREDIM JUIFS: Une autre facette de l'intégrisme

TERRORISME

Carla Bruni face à un tourbillon Polémique

Manhattan de Woody Allen

Baltasar Garzon en difficulté

L’affaire Haddad-Akhbar Al Yaoum: plus qu’un couac, un crash

Moi, Mohamed, esclave moderne": une vie de sans-papiers

Les Touareg du MNLA défient l'Etat Malien

Parc automobile: Près de 3 millions de véhicules au Maroc

Tourisme : le Maroc prisé par les français





 




France 24 LIVE



Publicité



Publicité


Rechercher sur LA RELEVE


Nos services gratuits

 

»  Livre d'or

 
 

»  site amis

 

S'abonner à la newsletter



S'abonner à la RSS

 

»   RSS des articles

 
 

»  RSS des vidéos

 

Droits de production et de diffusion réservés © Copyright 2017 lareleve.ma