Jeudi 17 Août 2017

Revue de presse du lundi 28 Mai 2012

Ajouté le 28 Mai 2012 à 8:31


 

 

 

 lareleve.ma-MAPF

 

  L'essentiel de l'actualité nationale telle qu'elle a été relatée par les quotidiens marocains du lundi 28 Mai 2012 :

 

 

ASSABAH

 

-La marche de la "dignité" juge l'expérience du gouvernement Benkirane. Des sources syndicales indiquent que 50.000 personnes ont participé à cette marche marquée par la présence des partis de la gauche alors que des sources sécuritaires font état de la participation de 25.000. Lors de cette manifestation, Noubir Amaoui, SG de la CDT, a promis d'autres mouvements de protestation et imputé à l'actuel gouvernement la responsabilité de la détérioration des conditions de vie de la classe laborieuse.

 

-Mutisme espagnol "suspect" vis-à-vis de l'agression perpétrée contre le bureau consulaire du Maroc à Palma de Majorque: Le Royaume a condamné cette agression perpétrée par des activistes pro-Polisario et le ministre marocain de l'Intérieur envisage d'évoquer la question avec son homologue espagnol ce lundi à Tanger.

 

-Le Club des magistrats du Maroc hausse le ton le jour du lancement du dialogue national sur la réforme du système judiciaire. Le président du Club, Yassine Makhli affirme que les juges participeront au dialogue national tout en poursuivant le port du brassard à partir d'aujourd'hui et jusqu'au 6 juin prochain, en l'absence d'une quelconque initiative sérieuse visant l'application du contenu du discours royal du 20 août 2009.

 

AL MASSAE

 

-La gauche épingle Abdelilah Benkirane lors de la marche de la dignité organisée à Casablanca et Noubir Amaoui condamne vigoureusement la position du gouvernement concernant le dossier social de la classe ouvrière et la non satisfaction de ses revendications.

 

-La nomination des walis et gouverneurs pourrait "attiser" les tensions lors de la réunion du secrétariat général du PJD prévue ce lundi au moment où des membres de l'instance exécutive du parti de la Lampe comptent interpeller Benkirane sur sa méthodologie de gestion des dernières nominations au sein de l'administration territoriale.

 

-Des diplômés chômeurs malvoyants menacent de demander l'asile "social" en France en signe de protestation contre leur exclusion et l'ignorance de leur cahier revendicatif. Ils avaient menacé, il y a une année, de demander l'"asile social" auprès de l'ambassade de France au Maroc mais ils y avaient renoncé en raison de l'intervention des forces de l'ordre mais cette fois ils sont décidés à le mettre en exécution si les responsables n'interviennent pas pour trouver une solution à leurs problèmes.

 

AL KHABAR

 

-Abdelilah Benkirane raille persifle les organisateurs de la marche de la dignité à Casablanca en s'interrogeant avec ironie s'ils ne se sont pas trompés de date en se croyant que l'année s'est vite écoulée et qu'on célébrait la fête du 1er mai.

 

-Les démissionnaires du RNI se préparent à constituer "l'Association nationale pour la démocratie et la réforme": Des sources indiquent que les préparatifs ont été engagés et que ce nouvelle structure associative verra le jour fin en juin prochain.

 

-Les familles des victimes de l'accident ferroviaire de Benguerir envisagent de poursuivre en justice le gouvernement en la personne de Abdelilah Benkirane en sa qualité de Chef de gouvernement et l'ONCF, représenté par Aziz Rebbah, ministre de l'Equipement et du transport.

 

-Samir Abdelmoula se précipite pour régler la crise de la compagnie maritime "COMARIT" après qu'un investisseur italien ait manifesté son intérêt pour remplacer la compagnie et exploiter la même ligne maritime afin de mettre fin à la crise dont ont souffert de nombreux bateaux marocains saisis dans des ports européens pour non paiement de créances cumulées.

 

-Mohamed Yatim hausse le ton contre Abdelilah Benkirane à propos du dialogue social et l'appelle à activer la tenue des rounds du dialogue pour accélérer sa cadence et fixer des dates pour chaque round.

 

AKHBAR AL YAOUM AL MAGHIRIBIA

 

-La marche de la dignité à Casablanca réunit les mécontents du gouvernement de Benkirane. Des slogans virulents ont été brandis contre l'actuel Exécutif allant jusqu'à demander le départ du Chef du gouvernement et la police a estimé à 10.000 le nombre de participants alors que les organisateurs ont avancé le chiffre de 50.000.

 

-Abdelilah Benkirane déclare: "Certains directeurs d'établissements publics doivent être en prison", précisant que "chaque personne devient frustrée lorsqu'elle s'aperçoit que la responsabilité est confiée aux incapables et aux lèches bottes au lieu des personnes compétentes". Par ailleurs, le Chef du gouvernement a tiré à boulets rouges sur le PAM et le RNI, affirmant que ces deux formations "allaient conduire le Maroc vers une catastrophe"

 

-Driss El Yazami apaise la colère des acteurs des droits de l'Homme en promettant de tenir des réunions pour discuter du texte de loi relatif à l'immunité accordée aux militaires. Le CNDH a ainsi convoqué les présidents des groupes parlementaires et des responsables gouvernementaux pour une réunion d'urgence, ce mercredi, pour débattre des différentes dispositions de ce projet de loi, objet de divergences, notamment l'article 7.

 

-Hafid Benhachem ouvre les portes de la prison pour la première fois à une association des droits de l'homme pour rendre visite à des détenus de la salafia jihadia en grève de la faim. Il s'agit du Forum Al Karama pour les droits de l'homme qui, en la personne de son président Abdelali Hamieddine, a réussi à convaincre les grévistes de mettre fin à leur grève de la faim après s'être engagé à la satisfaction de leurs revendications.

 

AL AHDATH AL MAGHRIBIA

 

-Le délégué interministériel aux droits de l'Homme, Mahjoub El Hiba, souligne, lors des travaux de la 13ème session du mécanisme de l'Examen Périodique Universel à Genève, que le Maroc s'est engagé à présenter un rapport périodique sur l'avancement de la mise en Âœuvre des recommandations tous les deux ans au lieu de quatre ans comme c'est le cas pour l'ensemble des pays membres du CDH.

 

-La réalité de la crise met à l'épreuve les promesses du gouvernement Abdelilah Benkirane: Le test le plus difficile demeure la transformation des promesses en des réalisations et performances dans le contexte d'une conjoncture économique des plus difficiles et des plus délicates, dont les contours ont été explicités par le ministre de l'Economie et des Finances, Nizar Baraka, lors d'une conférence organisée, samedi à Casablanca, par l'Alliance des économistes istiqlaliens.

 

ANNAHAR AL MAGHRIBIA

 

-Les employés des centres d'exploitation de la société nationale des autoroutes du Maroc "ADM" dénoncent le mutisme du ministère de l'Equipement et du Transport et des autres parties concernées: Ils déclarent que rien n'a changé après plus de deux mois de protestations, alors que le syndicat de ces employés affilié à l'UMT souligne sa détermination à arracher le droit à la titularisation au sein de la société en refusant catégoriquement la proposition du cahier des charges.

 

-Le danger du trafic d'armes unifie les ministères de l'Intérieur marocain et espagnol: Les deux ministères décident de mettre en place, à Tanger et à Algésiras, deux centres de police conjoints et des patrouilles pour renforcer davantage la coopération sécuritaire bilatérale en matière de lutte contre les mafias de trafic d'armes et les réseaux de l'immigration clandestine qui exploitent la saison du transit des MRE pour intensifier leurs opérations.

 

-100.000 participants à la marche de la dignité organisée à l'appel de la CDT et de la FDT : Les manifestants appellent à faire face au non-respect par le gouvernement de ses engagements et à faire pression sur l'Exécutif pour qu'il prenne au sérieux les revendications du peuple marocain.

 

AL MOUNAATAF

 

-La Marche de la Dignité: La gauche et les syndicats mobilisent des milliers de manifestants en protestation contre la confusion et l'improvisation résultant de l'absence d'une vision claire chez l'actuel gouvernement pour relever les défis de la réforme globale dictée par la conjoncture actuelle. Pour Noubir Amaoui, SG de la CDT, cette marche constitue le début du compte à rebours pour le gouvernement et un message fort à l'adresse de tous les Marocains, alors que Abderrahmane Azzouzi, SG de la FDT estime que l'actuel gouvernement ne dispose pas d'un projet clair.

 

BAYANE AL YAOUM

 

-La Coalition marocaine des organismes des droits humains appelle à l'amendement du projet de loi relative à l'immunité des militaires, mettant en garde contre toute légitimation des règles d'impunité, et le SG du CNDH, Mohamed Sebbar, indique que le Conseil est en train d'élaborer ses remarques qui seront examinées mercredi par le Parlement.

 

-Les marins pêcheurs marocains exerçant dans l'ensemble des ports marocains intentent un procès au ministère de l'Agriculture et de la Pêche maritime: Ils ont déposé une plainte auprès du Procureur général du Roi près le Tribunal de 1ère instance de Mohammedia à la suite du naufrage d'un bateau de la pêche, endossant la responsabilité de cet accident au ministère.

 

AL ITTIHAD AL ICHTTIRAKI

 

-La marche de la dignité mobilise des centaines de milliers de Marocains: La marche qui a été marquée par la participation des différents syndicats, partis politiques et organisations et la société civile: Noubir Amaoui, SG de la CDT indique que le compte à rebours pour le gouvernement Benkirane a commencé, alors que Abderrahmane Azzouzi, SG de la FDT, estime que le Chef du gouvernement traite les grands dossiers "avec une intransigeance et une arrogance politique", ajoutant que son cabinet adopte l'approche sécuritaire au lieu de l'approche participative.

 

ATTAJDID

 

-Le Maroc s'engage à mettre en application 96 pc des recommandations onusiennes en matière des droits humains: Le délégué interministériel des droits de l'Homme Mahjoub El Hiba considère que l'acceptation de ces recommandations par le Royaume témoigne, une fois de plus, de l'engagement irréversible du Royaume pour la promotion des droits de l'Homme.

 

-Le Secrétariat national de l'UNTM dénonce la poursuite de la restriction des libertés syndicales et appelle le gouvernement à activer le dialogue social en hissant le rythme et le rendement des rencontres, tout en fixant un calendrier et un ordre du jour pour chaque round portant sur les priorités relatives aux revendications des employés.

 

RISSALAT AL OUMMA

 

-Les participants à la marche de la dignité à Casablanca envoient un message clair au gouvernement Benkirane, à travers lequel ils appellent à l'amélioration de la situation de larges couches de la société, en particulier la classe ouvrière, pour préserver la dignité des citoyens et améliorer leur niveau de vie.

 

AUJOURD'HUI LE MAROC

 

-Plus de 100.000 manifestants à Casablanca ont clamé leurs slogans de colère contre le gouvernement : La CDT et la FDT annoncent la couleur. Cette marche est un "message adressé au gouvernement. Ce dernier doit lire et analyser ce qui s'est passé ce dimanche et répondre d'urgence aux revendications des travailleurs", souligne Abderrahmane Azzouzi, SG de la FDT, alors que pour Noubir Amaoui, SG de la CDT, cette marche "n'est qu'une première étape, car la prochaine, a-t-il indiqué, sera la grève générale".

 

-Etat de l'économie marocaine Aggravation du déficit commercial et budgétaire, baisse des IDE et des transferts des MRE : Nizar Baraka ne cache plus ses inquiétudes. Outre la crise économique qu'on croyait, selon Baraka, limitée dans le temps mais qui s'est révélée profondément structurelle, l'économie nationale connaît plusieurs lacunes. Et si le gouvernement paraît prudent, voire indécis jusqu'à ce jour, c'est que le spectre d'un nouveau Plan d'ajustement structurel (PAS) tel que le Maroc avait connu dans les années 80, plane aujourd'hui.

 

L'ECONOMISTE

 

-Marche CDT/FDT/Partis de la gauche : quel impact sur le gouvernement ? Avec la marche de la dignité, l'opposition a-t-elle réussi à mobiliser suffisamment pour infléchir la politique gouvernementale dans une conjoncture que tout le monde juge très difficile ? En tout cas, c'est un avant-goût du combat que comptent mener les syndicats dans les mois qui viennent. Et le slogan "le gouvernement ne dispose ni de projet de réformes, ni de volonté politique et il n'a pas la capacité politique et intellectuelle pour assimiler la profondeur des problèmes que vite le Maroc aujourd'hui" , meublera à n'en point douter la prochaine campagne des élections communales.

 

LIBERATION

 

-Ligne Sète-Tanger: Les chances d'une éventuelle reprise compromises. Les 200 marins marocains bloqués au port de Sète ont fini par sortir de leur réserve. Ils ont manifesté, vendredi dernier, sur les quais et ont refusé de se mettre à la manœuvre pour déplacer leurs trois navires et céder la place à celui de la compagnie italienne "Grandi Navi Veloci" (GNV) qui devrait assurer la liaison avec Tanger dès aujourd'hui. Le président du port de Sète voit dans les derniers développements de la situation, un blocage d'une éventuelle solution négociée permettant d'obtenir le déplacement des ferries et ainsi de dégager des linéaires du quai pour accueillir ce lundi les bateaux de l'Italien GNV, auquel la ligne a été confiée par les autorités marocaines pour une durée équivalente à une année.

 

-Des centaines de milliers de citoyens unies dans leurs slogans et revendications : la grande marche de la dignité. Comme attendu, la marche nationale à laquelle avaient appelé la FDT et la CDT a drainé beaucoup de monde. En effet, des milliers de Marocains ont répondu massivement à l'appel des deux centrales syndicales pour protester contre la gravité de la situation et exprimer haut et fort leur colère à l'encontre d'un Cabinet Benkirane complètement détaché de la réalité et apparemment déboussolé, ne fait que dans la prise de décisions unilatérales.

 

AL BAYANE

 

-Amine Sbihi annonce le débat : Pour la création d'un Conseil national des langues et de la culture marocaine. Le ministère de la Culture va lancer très prochainement un débat avec tous les acteurs pour l'élaboration d'une charte nationale devant servir de cadre référentiel au statut du Conseil national des langues et de la culture marocaine, prévu dans la Constitution. M. Sbihi a indiqué que tous les acteurs impliqués dans le secteur seront associés au débat ouvert dans le cadre de ce chantier d'élaboration de la Charte nationale, ajoutant que son département compte mobiliser à ce propos tous les moyens requis à la création dudit Conseil.








Votre commentaire
* Votre nom
* Titre du commentaire
  * Pays
* Le commentaire
  * Code de vérification



L'aspirine préventive à petites doses fait plus de mal que de bien

Saisie d’une revue française: Cachez-moi ce sein !

Le cancer hérité de la prostate: Découverte du premier gène mutant clé

La chasse aux exoplanètes : l’espoir de découvrir des éventuelles “sœur de la Terre” dans la Voie Lactée

Moncef Marzouki se rendra prochainement au Maroc

L’édition Caftan 2012 prévue le 12 mai prochain

Paludisme : l’artémisinine, fait renaitre l’espoir

Magistrature: Approche réformatrice et esprit constitutionnel

Le dernier numéro du magazine Gazelle interdit au Maroc

Diabète: un mauvais sommeil augmente le risque

Marathon international de Marrakech : Des nouveautés pour la 23ème édition

Nawal El Moutawakil peut prétendre à la présidence de l’IAAF, selon son actuel président

Démenti

Des robots geôliers en Corée du Sud

Tunisie: colère et inquiétude des journalistes après les nouvelles nominations dans les médias publics

Les fausses notes de la déclaration du gouvernement Benkirane

Pourquoi Cristiano Ronaldo va briller dans le classico

Affaire des terres collectives devant la justice à Kenitra

L’affaire Haddad-Akhbar Al Yaoum: plus qu’un couac, un crash

McDonald’s Maroc confirme son engagement social





 




France 24 LIVE



Publicité



Publicité


Rechercher sur LA RELEVE


Nos services gratuits

 

»  Livre d'or

 
 

»  site amis

 

S'abonner à la newsletter



S'abonner à la RSS

 

»   RSS des articles

 
 

»  RSS des vidéos

 

Droits de production et de diffusion réservés © Copyright 2017 lareleve.ma