Lundi 25 Septembre 2017

Transparency Maroc: le rapport 2011 dresse un tableau sombre de la situation au Maroc

Ajouté le 20 Janvier 2012 à 13:44


Rachid Filali Meknassi, secrétaire général de Transparency Maroc

 

 


Laila Zerrour


  Le constat est là : le Maroc continue de s’enliser dans une corruption endémique. Dans son rapport moral 2011, qui sera présenté, samedi 21 janvier, lors de l’assemblée générale élective de Transparency Maroc, l’association  dresse un tableau plutôt sombre de la situation au Maroc.

 


  L’association ne manque pas de rappeler la mauvaise note du Royaume dans le cadre de l’Indice de perception de la corruption (ICP) 2011 ainsi que plusieurs  affaires de corruption qui ont éclaté grâce au Mouvement du 20 février. A ce sujet, le rapport relève les  conditions opaques de  délégation de la gestion des services publics et de la protection dont continuent de bénéficier les concessionnaires au détriment des usagers en citant Amendis et la Lydec.

 


   Parmi les autres exemples cités figurent notamment l’attribution du TGV  sans appel à la concurrence ou encore la crise du transport urbain à Rabat. Par ailleurs, le rapport mentionne que l’Observatoire de Transparency Maroc a suivi plusieurs autres affaires relatives à la corruption qui confirment l’impunité dont bénéficient les détenteurs du pouvoir tant au plan politique que juridique: ministre de la jeunesse et des sports, attribution de lots et de résidences, mutation simulée par le ministère des affaires étrangères….

 


  A travers ce document, Transparency Maroc dénonce la passivité dont font preuve les pouvoirs publics à l’égard de l’impunité et de l’aggravation de la corruption.  Pour l’association, il est impératif d’identifier l’ensemble des causes de la corruption et d’engager une stratégie nationale pour combattre ce fléau. «Dans le contexte d’une corruption endémique, entretenue par l’impunité des dirigeants et une justice inefficace et subordonnée, les réformes constitutionnelles, législatives et institutionnelles ne peuvent porter une politique efficiente de lutte contre la corruption que pour autant qu’elles trouvent appui sur la confiance politique», note le rapport.

 


   S’agissant des chantiers publics de la gouvernance, Transparency Maroc relève que dans le secteur de la justice, les mesures de réforme adoptées depuis la nouvelle Constitution n’annoncent «aucun changement» dans la manière d’administrer la question judiciaire. Pour l’association, la réforme de la justice doit cesser de faire l’objet «de bricolage dans les arcanes du ministère de la justice» et elle doit prendre  la place centrale qui lui revient dans le  débat politique sur la gouvernance publique.

 


   Par ailleurs, le rapport dresse un bilan des actions menées par Transparency Maroc en 2011. A commencer par les plaintes reçues par le Centre d’assistance juridique anti-corruption (CAJAC) de Rabat qui ont connu une baisse de 20% par rapport à 2010. En 2011, le centre a ainsi reçu 547 plaintes contre 835 en 2010. En août 2011, Transparency Maroc a mis en place  un deuxième CAJAC dans la ville de Fès. Le nouveau centre de Fès, qui a démarré effectivement ses activités en septembre 2011, a reçu 35 plaintes et ouvert 15 dossiers.

 


   Après Rabat, et Fès, un troisième  CAJAC  ouvre ses portes à Nador. L’inauguration de ce nouveau centre a eu lieu, lundi 16 janvier, en présence de Jos Van Aggelen, ambassadeur des Pays-Bas au Maroc et Rachid Filali Meknassi, secrétaire général de Transparency Maroc.

 


   Parmi les autres actions menées par Transparency Maroc, il y a lieu de relever que l’association s’est aussi constituée partie civile dans une affaire de corruption flagrante relative au marché de gros des fruits et légumes de Casablanca.








Votre commentaire
* Votre nom
* Titre du commentaire
  * Pays
* Le commentaire
  * Code de vérification



Tramway de Rabat Salé : Lancement d’une billettique moderne

Le roi nomme un gouvernement dirigé par Abdelilah Benkirane

Bonjour la transparence !

TERRORISME

Lutte contre la conduite en état d’ébriété: des Alcootests nouvelle généralisation pour avril 2012

"Biladi" - «Comarit»: Le pjdiste Abdelmoula en difficulté

Les collectivités locales : Les débrayages reprennent ce jeudi

Les nouveaux Charlatans

Spectacle Miz en scène les 8, 9, 10 février au Megarama de Casablanca

Tramway Casablanca…

Transparency Maroc: le rapport 2011 dresse un tableau sombre de la situation au Maroc

Transparency Maroc : Nouvelle stratégie

Changement de président à Transparency Maroc

Revue de presse du mardi 15 Mai 2012

Revue de presse du lundi 30 juillet 2012

Transparency Maroc tire à boulets rouges sur Benkirane

Revue de presse du mercredi 10 octobre 2012

Ministère de la Justice : transparence et égalité des chances

Revue de presse du mardi 25 décembre 2012

Un parlementaire marocain interpellé pour une affaire de corruption





 




France 24 LIVE



Publicité



Publicité


Rechercher sur LA RELEVE


Nos services gratuits

 

»  Livre d'or

 
 

»  site amis

 

S'abonner à la newsletter



S'abonner à la RSS

 

»   RSS des articles

 
 

»  RSS des vidéos

 

Droits de production et de diffusion réservés © Copyright 2017 lareleve.ma