Mardi 26 Septembre 2017

Quelles réformes pour relever les défis rencontrés par l'administration au Maroc?

Ajouté le 18 Août 2017 à 16:43


Mourad Kamhi*

 

De nos jours, on entend beaucoup parler des problèmes qui entachent la gestion publique et qui influencent en conséquence les services offerts aux citoyens. D’ailleurs, SM le roi Mohamed VI, dans son discours marquant l’ouverture du Parlement, a dressé un diagnostic exhaustif de la précarité de l’administration publique en ces termes: «Les administrations et les services publics accusent de nombreuses carences relatives à la faible performance et à la qualité des prestations qu’ils fournissent aux citoyens».

 

SM le roi a également précisé que cette faible performance est due essentiellement à une culture ancienne chez la majorité des marocains qui considèrent l’administration publique comme étant  un abri qui leur garantit un salaire mensuel, sans avoir à rendre compte de leur performance.

 

Partant de là, le gouvernement et tous les acteurs de la vie politique se sont trouvés dans l’obligation, voire la contrainte de mettre en place un système managérial plus performant visant à améliorer la qualité des services publics. Chose qui s’est concrétisée par l’adoption du New Public Management (NPM) qui cherche à transposer les techniques managériales répandues dans le secteur privé au secteur public en prenant appui sur trois principes fondamentaux à savoir : La gestion axée sur les résultats, la décentralisation des pouvoirs et des choix budgétaires et l’amélioration de l’efficacité et de l’efficience des actions menées.

 

L’essence du NPM est de s’assurer que les moyens sont utilisés de manière efficace et efficiente pour atteindre les objectifs fixés. Cela impose aux gestionnaires publics de répondre aux questions stratégiques suivantes : où vont-ils aller (Objectifs) ? Avec quels moyens ? Comment y arriver ? Et Quand est-ce-que (étalement des objectifs dans le temps) ? Sans oublier la question relative au choix des méthodes d’évaluation des résultats réalisés (Indicateurs de performance).

 

Dans ce cadre, la nouvelle loi organique relative à la loi de finances 130-13, promulguée en 2015, vient mettre en lumière cette tendance de la modernisation de la gestion publique. Cette LOF incarne les prescriptions du NPM par le biais de l'accroissement du rôle du parlement dans le débat budgétaire et dans le contrôle des finances publiques à travers l’enrichissement des documents qui lui sont communiqués par les différentes administrations (Projet de performance, rapport de la performance, rapport de l’audit de la performance…etc.).

 

Stricto sensu, c’est une nouvelle génération de réformes qui peut s’imposer aux défis rencontrés par les administrations publiques. C’est également le fruit d’une volonté collective accompagnée d’un esprit d’initiative et de patriotisme.

 

En clair, plusieurs réformes ont abouti mais d’autres sont restées sans début ou sans application dans un contexte qui nécessite un travail de longue haleine et une approche participative qui prend en compte tous les acteurs et toutes les variables internes et externes.

 

Reste à noter que nonobstant la richesse de l’arsenal de réformes managériales adoptées par notre chère patrie, l’objectif derrière, en l’occurrence, le renforcement de la confiance entre l’administration et les citoyens, n’est pas encore atteint. Ce qui nous amène à nous demander sur la nécessité de toutes ces réformes alors que le problème de fond est purement culturel?

 

*Acteur associatif, lauréat de l'Ecole Nationale de Commerce et Gestion de Tanger (ENCGT)








Votre commentaire
* Votre nom
* Titre du commentaire
  * Pays
* Le commentaire
  * Code de vérification



Akhannouche : les dessous d’une démission

Al Adl wal Ihsane : A deux doigts de l’implosion

Logements : La voie royale

Al Adl wal Ihsane : A deux doigts de l’implosion

Gouvernement Benkirane: A la copiée-collée

Le grand quiproquo d’Ali Anouzla

Un sexologue marocain propose le "speed dating" pour résoudre les problèmes du célibat

Poisson sans Tomate svp…

La honte…

LES HAREDIM JUIFS: Une autre facette de l'intégrisme

Ces banques marocaines qui s’engraissent sur le dos de nos MRE

UE-Tunisie: reprise des négociations en vue d'un "partenariat privilégié"

Les réformes initiées par le Maroc ont contribué à alléger la tension sociale

Campagne présidentielle française : dénonciation de l'immixtion du Polisario

Hausse du carburant : le début de la grogne populaire !

Benkirane n’est pas prêt à payer son "essence" au peuple

Le petit nain et ses maitres commanditaires

Santé publique: "le secteur a besoin de grandes réformes"

Pas de report pour les réformes de la caisse de compensation

The National Interest: SM le Roi «montre la voie» dans la région MENA en conduisant des réformes





 




France 24 LIVE



Publicité



Publicité


Rechercher sur LA RELEVE


Nos services gratuits

 

»  Livre d'or

 
 

»  site amis

 

S'abonner à la newsletter



S'abonner à la RSS

 

»   RSS des articles

 
 

»  RSS des vidéos

 

Droits de production et de diffusion réservés © Copyright 2017 lareleve.ma