Dimanche 26 Fevrier 2017

Le grand quiproquo d’Ali Anouzla

Ajouté le 5 Janvier 2012 à 12:58



Par Ahmad Anwal

   Comme cela lui arrive chaque fois qu’il se sent  isolé ou oublié, Ali Anouzla a  enfourché son dada et s’est de nouveau autoproclamé défenseur de ceux qui ne le lui ont pas demandé. Cette fois-ci c’est du côté des camps de Lahmada qu’Ali est allé chercher prétexte pour déverser son trop plein de fiel. Dans un article intitulé « Sahara : le grand quiproquo » et qui  a été  publié sur son site mercredi, il a osé   ce qu’aucun analyste ou expert parmi les plus érudits n’a eu l’audace de faire en ramenant un conflit régional vieux de plus d’une génération à une simple question d’humeur. Dans un raccourci auquel seuls  les  esprits malveillants ou  dérangés oseraient s’associer, Ali le maléfique a en effet déclaré que la question du Sahara sur laquelle planchent  les plus grandes compétences  de l’ONU depuis des décennies n’est qu’une affaire de frustration. De « Hogra », dit-il. Bien qu’on le soupçonne savoir ce qu’est ce sentiment qui semble ne jamais devoir le quitter et  dont il est obnubilé au point de le voir partout, l’explication est tirée par les cheveux d’un chauve. En fait, il n’y a qu’Anouzla pour se fonder de tels propos.

 

   Mieux vaut donc passer à l’autre explication  du nouveau théoricien des développements géostratégiques dans la région. Pour le locataire du site Lakom, c’est la gestion élitiste des affaires de nos provinces sahariennes qui « est cause de la  situation qui y prévaut actuellement ». Evidemment,  pour rester fidèle à sa posture d’opposant que ne séduisent pas les avancées du Maroc, il ne voit de cette réalité que l’enrichissement des  Dirhem, Rachid, Joummani … et quelques généraux- dont il ne cite pas les noms. Outre qu’on ne peut reprocher à Othman Benjelloun, Akhannouche, Chaabi et d’autres d’avoir légalement fait fortune dans leur pays, Anouzla ne sait donc manifestement  pas  que l’investissement public opéré dans nos provinces sahariennes est le premier en importance dans le Royaume et que le niveau de chômage y est l’un des plus bas. On pourrait l’excuser de cette ignorance s’il n’est que ce n’est pas la seule à son passif.

 

   Cependant, il est excessif de penser que le grand  quiproquo d’Ali  n’est fait que d’erreurs car  il recèle quelques vérités. Celle-ci en particulier : que natifs de Tan-Tan,  les Ouali, Mustafa Sayed et la plupart des  fondateurs du Polisario, qui du reste ont fait leurs études dans la région de Tiznit,  sont bien ce qu’ils ne disent pas : des Marocains de souche. Ce sont leurs ambitions personnelles qui les ont portés à nier cette marocanité. Espérons qu’Ali n’a pas de projets personnels qui le conduisent à  renier ses racines, lui qui est de Guelmime.

 

photo: Ali Anozla et Hassan Aourid








Votre commentaire
* Votre nom
* Titre du commentaire
  * Pays
* Le commentaire
  * Code de vérification



Le grand quiproquo d’Ali Anouzla

Marathon international de Marrakech : Des nouveautés pour la 23ème édition

Les saisons exotiques des planètes du Système Solaire

Les risques d’un SMIG à 3000 dh

L’équipe nationale peaufine sa préparation à Marbella

La déclaration gouvernementale sera guidée entre autres par les nouvelles dispositions constitutionnelles

Grave atteinte au patrimoine végétal d’Essaouira

Les Coptes pris entre le sabre et le croissant

Football: CAN 2012, des pays hôtes pas vraiment accueillants?

Une affaire de famille : Abbas Fassi attaqué de toutes parts

Le grand quiproquo d’Ali Anouzla





 



Photo du facebook


Kobani

France 24 LIVE



Publicité



Publicité


Rechercher sur LA RELEVE


Nos services gratuits

 

»  Livre d'or

 
 

»  site amis

 

S'abonner à la newsletter



S'abonner à la RSS

 

»   RSS des articles

 
 

»  RSS des vidéos

 

Droits de production et de diffusion réservés © Copyright 2017 lareleve.ma