Mardi 26 Septembre 2017

La menace terroriste, fonds de commerce de Donald Trump

Ajouté le 13 Juin 2016 à 10:09


Lareleve.ma

 

Le candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump semblait déterminé dimanche à exploiter l'attentat d'Orlando pour se forger une image d'homme à poigne, une stratégie qui lui a profité depuis les attentats de Paris.

 

Donald Trump a annoncé qu'il consacrerait son discours prévu lundi à Manchester dans le New Hampshire au "terrorisme, à l'immigration et la sécurité nationale", alors qu'il avait initialement prévu d'attaquer Hillary Clinton sur ses finances.

 

Après les attentats de novembre à Paris (130 morts) et celui de San Bernardino en Californie (14 mors), Donald Trump avait proposé d'interdire aux musulmans d'entrer aux Etats-Unis.

 

La déclaration avait coïncidé avec une nouvelle envolée dans les sondages, la grande majorité des sympathisants républicains soutenant l'idée. Et après les attaques de Bruxelles (32 morts), en mars, il avait relevé que le sujet du terrorisme lui tenait à coeur "car j'en parle plus que n'importe qui. Et c'est probablement la raison pour laquelle je suis premier dans les sondages".

 

Son message anxiogène est taillé sur mesure pour un électorat qui se dit "extrêmement" préoccupé par le terrorisme, juste derrière l'économie, selon une enquête CNN en mai.

 

"La question du terrorisme va dominer la campagne présidentielle dans les prochains mois", dit Tim Malloy, de l'institut de sondages Quinnipiac.

 

Le président Obama a d'ailleurs reporté son premier déplacement avec Hillary Clinton, prévu mercredi.

 

"Mais le débat va aussi repartir sur les armes à feu: comment ce type s'est-il procuré un fusil d'assaut ?" note-t-il.

 

Or ce terrain est plus favorable aux démocrates, la majorité des Américains étant favorables à un renforcement de la législation.

 

Selon Quinnipiac, l'ancienne chef de la diplomatie est perçue par les Américains comme bien plus capable de gérer une crise internationale que Donald Trump (53% contre 40%), mais les électeurs sont moins sûrs quand on leur parle de terrorisme et de l'organisation Etat islamique.

 

Sur ce sujet, il fait jeu égal dans certains sondages. Sa recette est calquée sur la stratégie républicaine consistant à dénoncer le laxisme supposé de Barack Obama, et à l'étriller pour son refus de parler de menace "islamiste", un terme que le président évite afin de ne pas stigmatiser l'islam.

 

"Le président Obama refuse de façon éhontée de prononcer les mots "islam radical". Pour cette seule raison, il devrait démissionner", a-t-il déclaré dans un communiqué, appelant Hillary Clinton à se retirer de la course pour les mêmes raisons.

 

"Si nous ne devenons pas très rapidement durs et intelligents, nous n'aurons bientôt plus de pays", a-t-il dit.

 

La fermeté selon Donald Trump consiste à bloquer l'arrivée de réfugiés du Moyen Orient, réautoriser des méthodes de torture comme la simulation de noyade voire cibler les familles de suspects terroristes, comme il l'a suggéré dans une interview.

 

Il a aussi dénoncé le régime strict de détention d'armes en France, affirmant que les tueurs auraient fait moins de victimes si des gens avaient été armés.


Source Agences








Votre commentaire
* Votre nom
* Titre du commentaire
  * Pays
* Le commentaire
  * Code de vérification



Marathon international de Marrakech : Des nouveautés pour la 23ème édition

«Aïcha Kandicha» selon l’artiste-peintre tangéroise" Sanae Regragui"

Les femmes d’abord: La volte-face du PPS et de l’Istiqlal

Parlement: Sanctions prévues à l’encontre des députés absentéistes

Genre et développement au centre des débats à l’institut Cervantès de Rabat

Détroit d'Ormuz: L'armée américaine se dit prête en cas de fermeture par l'Iran

Une nouvelle affaire Rushdie ?

Les pirates à l'assaut de la BD

Tanger, « Sur la planche » de Leïla Kilani récompensé

La Libye : la nouvelle poudrière de la région

Abdelkader Merah était présent lors du vol du scooter

Mali: la transition s'accélère

Argana: message du Roi aux participants à la cérémonie

François Hollande promet un retrait "ordonné" d'Afghanistan

Youssef Amrani : Le statu quo autour de la question du Sahara est intenable

Revue de presse du jeudi 02 juillet 2012

Revue de presse du mercredi 19 septembre 2012

De plus en plus de jeunes du Polisario rejoignent les terroristes au Mali, Alger joue l’attentisme

Hillary Clinton "assume la responsabilité" de l'affaire de Benghazi

Cameron salue les «bonnes relations» entre le Royaume-Uni et le Maroc





 




France 24 LIVE



Publicité



Publicité


Rechercher sur LA RELEVE


Nos services gratuits

 

»  Livre d'or

 
 

»  site amis

 

S'abonner à la newsletter



S'abonner à la RSS

 

»   RSS des articles

 
 

»  RSS des vidéos

 

Droits de production et de diffusion réservés © Copyright 2017 lareleve.ma