Jeudi 20 Juillet 2017

L’artiste peintre Younès Khourassani à la galerie “L’Atelier 21”

Ajouté le 16 Janvier 2012 à 11:06


 


ALAIN BOUITHY


  Les œuvres récentes de Younès Khourassani seront accrochées aux cimaises de la galerie d’art « L’Atelier 21», du 17 janvier au 17 février 2012, à Casablanca. L’occasion pour les amateurs de peinture d’apprécier à sa juste valeur le travail entrepris depuis deux ans par cet artiste peintre.


  L’exposition donne à voir une série d’œuvres empreintes d’originalité et fondées sur la récupération d’instruments de musique. Dans sa nouvelle aventure artistique, Younès Khourassani «réutilise ces instruments pour recréer un monde de représentations qui l’impose aujourd’hui comme un artiste peintre parmi les plus innovateurs de sa génération», pense-t-on à «L’Atelier 21». Ainsi, dans un style très personnel, «nombre de luths et violons collectés ont une âme en ce sens qu’ils ont été les témoins de longues soirées dans les cabarets et autres lieux festifs de Casablanca», apprécie la galerie casablancaise.


  Un mois durant, public et professionnels pourront apprécier des œuvres sorties de l’imaginaire débordant d’un artiste qui a su se forger un « style inédit » au point de forcer admiration et considération de ses pairs.


  Imaginatif et indépendant, Younès Khourassani propose des œuvres « intégrant des éléments extérieurs, parfaitement reconnaissables » et qui aiguisent la curiosité. Des éléments qu’il « fonde dans le cadre de son tableau, tout en leur donnant une nouvelle apparence », explique-t-on. Un travail pour le moins novateur qui séduit le regard avisé et titille celui du curieux.


  C’est dans ce processus imaginé par l’artiste que « la caisse à résonance du violon ou du luth se transforme en visage, tout en conservant le relief et les accidents de la matière qui donnent leur densité aux peintures de Khourassani ».


   Natif de Casablanca en 1976, Younès Khourassani se passionne très tôt pour la peinture et les arts plastiques en général. Persuadé d’y trouver son compte, il choisit alors de suivre une formation dans ce domaine avec un objectif : construire sa vie professionnelle dans les arts. C’est ainsi que, après avoir obtenu son baccalauréat-section arts plastiques, il décide alors de s’inscrire à l’Ecole supérieure des Beaux-Arts de Casablanca où il poursuit ses études et décroche un diplôme. Nous sommes alors en 2001.


  Diplôme en poche, il part à la conquête du monde artistique croisant ses connaissances aux nombreuses expériences de la place. Sans jamais se douter de son talent ou renier le choix qu’il a fait d’évoluer dans les arts plastiques, le jeune artiste se lance dans la course au travail abouti et innovateur. Il crée dès lors un style singulier qui suscite déjà la curiosité des siens et présente au marché des œuvres d’une grande originalité.


 
  Très vite, ses œuvres sont exposées au Maroc et à l’étranger, notamment à Londres, Paris, Bruxelles et au Koweït où son travail reçoit un bel accueil.


  Younès Khourassani, qui vit et travaille à Casablanca, nous invite à découvrir des travaux tout simplement magnifiques et riches d’enseignements.








Votre commentaire
* Votre nom
* Titre du commentaire
  * Pays
* Le commentaire
  * Code de vérification



«Aïcha Kandicha» selon l’artiste-peintre tangéroise" Sanae Regragui"

L’artiste peintre Younès Khourassani à la galerie “L’Atelier 21”

Foire de Nancy : visite du Ministre de l’artisanat au pavillon marocain

Fini le mariage de la fille à son violeur selon l’article 475

Une ONG surprise par la « réforme partielle » de l’article 475

Casablanca: Un incendie dans une usine de confection d’articles manufacturés

Arrestation à Marrakech de l’assassin présumé de l’artiste Abdellah Al Bidaoui

Abrogation définitive de l’alinéa 2 de l’article 475 du Code pénal

Rabat: Une marche pour l’application de l’article 19 de la Constitution

L’artiste Mohamed Bouchnak est décédé à l'âge de 50 ans

L’artiste peintre Younès Khourassani à la galerie “L’Atelier 21”

Un grand artiste s’en va ; Nabili n’est plus

Âme Free Ô Féminin: Une exposition collective dédiée à la femme

Azoulay: Tahar Ben Jelloun a eu le talent de faire connaître le Maroc de l’altérité et de toutes les libertés

Maroc : ouverture de la 1ère édition du festival Amazigh "Tafoukt pour la culture et l'art"

«LATENCES» de Hasnaa Benchekroun à MINE D’ART Art Gallery

Georges Moustaki est mort

Les improbables portraits des grands de ce monde par George W. Bush

Décès de Farid Belkahia, précurseurs de l'art contemporain au Maroc

L’année culturelle 2014 tire sa révérence, joies et regrets





 




France 24 LIVE


Les plus lus

France : Du Daft Punk au défilé du 14 juillet

14 Juillet 2017 à 15:30

441 visites

Bank Al Maghrib change de statut

14 Juillet 2017 à 15:48

436 visites

La diplomatie algérienne en flagrante dégénérescence

8 Juillet 2017 à 13:03

406 visites


Publicité



Publicité


Rechercher sur LA RELEVE


Nos services gratuits

 

»  Livre d'or

 
 

»  site amis

 

S'abonner à la newsletter



S'abonner à la RSS

 

»   RSS des articles

 
 

»  RSS des vidéos

 

Droits de production et de diffusion réservés © Copyright 2017 lareleve.ma