Mardi 25 Juillet 2017

Revue quotidienne des éditos

Ajouté le 5 Fevrier 2015 à 13:35


 Les éditorialistes des quotidiens paraissant jeudi se font l'écho de la décoration de wissams royaux des représentants des religions musulmane, juive et chrétienne en France, le déroulement de l'opération d'inscription sur les listes électorales, le rapport du FMI sur les difficultés des PME et le projet d'ouverture des capitaux des cliniques privées aux non-professionnels de la santé.

 

"Bayane Al Yaoum" souligne que la remise par SAR la Princesse Lalla Meryem des wissams décernés par SM le Roi Mohammed VI à des représentants des religions musulmane, juive et chrétienne en France est "un moment exceptionnel à travers lequel le Maroc a envoyé un message fort au monde entier".

 

L'éditorialiste estime qu'"en ce temps de folie, de fanatisme et d'extension du meurtre et de la barbarie, le Maroc prône le dialogue des religions et des civilisations, célèbre le point commun entre les religions célestes et envoie au monde un message indiquant que la religion est porteuse de valeurs de bienveillance et d'humanisme et que les réalisations de l'humanité ont été accomplies grâce à toutes les religions et à la faveur des contributions de tous les peuples".

 

Pour lui, la décoration de Khalil Merroun, recteur de la mosquée d'Evry, de Michel Serfaty, rabbin de Ris-Orangis, et de Michel Dubost, évêque d'Evry, constitue un geste emblématique que le Maroc a entrepris en faveur de la coexistence pacifique et de la tolérance.

 

Revenant sur l'opération d'inscription sur les listes électorales, "Aujourd'hui le Maroc" affirme que les deux millions de personnes, dont l'inscription sur les listes électorales est attendue d'ici la fin de la période prévue à cet effet, serait "un chiffre plutôt correct mais en deçà du nombre réel de citoyens en âge de voter et qui choisissent délibérément de rester en dehors des listes électorales".

 

Pour convaincre les citoyens à s'inscrire et aller voter le jour du scrutin, l'éditorialiste estime que les partis politiques ont "un rôle déterminant" à jouer. "Il ne s'agit pas de mener des campagnes, scander des slogans et faire du porte-à-porte pour convaincre. Les partis doivent travailler leur image, parler concret, changer du discours et présenter les bons candidats", insiste-t-il.

 

Dans le même registre électoral, "Al Ittihad Al Ichtiraki" estime que la constitution de la Commission centrale chargée du suivi des élections, dont la présidence a été confiée au ministre de la Justice et des Libertés et la présidence de ses commission régionales aux gouverneurs et procureurs du Roi, "représente un autre épisode des régressions enregistrées sous l'ère de l'actuel gouvernement". Cette commission ne peut nullement remplacer la commission nationale de suivi des élections instituée par le dahir du 1er mai 1997, souligne l'éditorialiste, précisant que la présidence de cette commission, créée dans le sillage de la constitution de 1996, avait été confiée au premier président de la Cour suprême (Cour de cassation actuellement), alors que les ministres de la Justice et de l'Intérieur "n'en étaient que de simples membres".

 

Abordant le projet d'ouverture du capital des cliniques aux investisseurs étrangers au secteur de la santé, approuvé mercredi par le Parlement, "L'Economiste" considère que les députés de la nation ont ainsi "tranché sur ce qui pourrait être la révolution du secteur de la santé au Maroc".

 

Car, avance-t-il, ce projet augure d'abord d'un changement de perception et de paradigme dans la mesure où "pendant des années, la gestion de ces établissements est restée une énigme".

 

"Voilà un modèle économique qui a refusé de se remettre en question alors qu'il a trouvé ses limites", signale l'éditorialiste qui cite parmi ces limites "la gymnastique des montages financiers et juridiques, la lourdeur des investissements immobiliers, l'opacité des négociations autour des plateaux techniques ainsi que le syndrome du médecin-dirigeant unique".

 

"C'est cette boîte noire qu'il faut désormais ouvrir", insiste-t-il, ajoutant que chacun doit porter le poids de sa responsabilité dans ce chantier de réforme.

 

"Catastrophique": c'est ainsi que "Rissalat Al Oumma" qualifie la situation actuelle des petites et moyennes entreprises (PME) qui sont menacées de "crise cardiaque" à en croire un récent rapport du Fonds monétaire international (FMI).

 

Ce document, qui dresse l'état des lieux des entreprises au Maroc, pointe du doigt la politique du gouvernement qui accorde de larges privilèges aux grandes entreprises au détriment des PME qui ne bénéficient pas d'assez de soutien, notamment sur les plans financier et fiscal, bien qu'elles soient le principal levier de création d'emploi, relève l'éditorialiste.

 

En chiffres, les PME représentent 95 pc des entreprises opérant dans le domaine industriel, une part de 40 pc de la production et de 40 pc des investissements nationaux et emploient 60 pc de la main d'oeuvre, précise-t-il.

 

Selon lui, les PME ont grandement pâti des mesures prises par l'actuel gouvernement, notamment les coupes substantielles dans le budget de l'investissement public, décidées en 2013, et la baisse du volume des investissements émanant des départements gouvernementaux, des institutions publiques et des communes locales, auxquelles s'ajoute la rude concurrence exercée par l'économie informelle et les produits de contrebande.








Votre commentaire
* Votre nom
* Titre du commentaire
  * Pays
* Le commentaire
  * Code de vérification



L'aspirine préventive à petites doses fait plus de mal que de bien

Saisie d’une revue française: Cachez-moi ce sein !

Le cancer hérité de la prostate: Découverte du premier gène mutant clé

La chasse aux exoplanètes : l’espoir de découvrir des éventuelles “sœur de la Terre” dans la Voie Lactée

Moncef Marzouki se rendra prochainement au Maroc

L’édition Caftan 2012 prévue le 12 mai prochain

Paludisme : l’artémisinine, fait renaitre l’espoir

Magistrature: Approche réformatrice et esprit constitutionnel

Le dernier numéro du magazine Gazelle interdit au Maroc

Diabète: un mauvais sommeil augmente le risque

TERRORISME

Le cinéma français sur un nuage

Signature...

Alphabétisation: Le Maroc a pris un retard considérable

Spectacle Miz en scène les 8, 9, 10 février au Megarama de Casablanca

La vieille dame du riad: nouvel opus de Fouad Laroui

Avortements Clandestins : Benkirane va soutenir le projet de Skalli

L’équipe nationale de foot continue de peaufiner son programme de préparation à Marbella

SYRIE-QATAR-POLITIQUE-VIOLENCES-ARMES

La Chronique de l’oncle Sam





 




France 24 LIVE


Les plus lus

France : Du Daft Punk au défilé du 14 juillet

14 Juillet 2017 à 15:30

459 visites

Bank Al Maghrib change de statut

14 Juillet 2017 à 15:48

456 visites

Décès de l'homme de théâtre Abdelkebir Chedati

21 Juillet 2017 à 22:50

373 visites


Publicité



Publicité


Rechercher sur LA RELEVE


Nos services gratuits

 

»  Livre d'or

 
 

»  site amis

 

S'abonner à la newsletter



S'abonner à la RSS

 

»   RSS des articles

 
 

»  RSS des vidéos

 

Droits de production et de diffusion réservés © Copyright 2017 lareleve.ma